Les oursons contrôlent le monde

Détails de l’itinéraire

Une petite page expliquant le projet initial et les évolutions pour les plus curieux !

Le trajet initial

Voici la méthode utilisée pour définir notre périple :

  • Décider d’un but : le Japon !
  • Choisir un moyen : le vélo au maximum !
  • Fixer une date de départ : dès que possible, soit septembre 2011 !
  • Déterminer la durée du voyage : d’après nos envies et nos moyens, deux ans devraient le faire
  • Evaluer la distance journalière que l’on se pense capable de parcourir : à la lecture de différent blogs, nous pensons nous situer aux alentours de 60km/jour
  • Lister les pays que l’on souhaite à tout prix traverser : le massif du Pamir au Tadjikistan, la Mongolie et le Japon.
  • Dresser un liste noire des pays à ne pas approcher : Syrie, en pleine révolution, Afghanistan, Irak (repassera sur liste blanche au cours du voyage !), Pakistan, Birmanie, pour cause de frontière fermée.
  • Vérifier les climats de chaque pays susceptible d’être parcouru : optimisation du futur trajet pour ne pas être en hiver dans les montagnes et en été dans les déserts : nous optons pour une forme en huit horizontal : d’abord vers le sud pour y passer l’hiver au chaud, puis vers le nord pour l’été suivant, etc.
A partir de cela, nous dessinons donc la carte suivante, grâce à notre ami Google Maps !
Carte globale du projet d'itinéraire des cyclorêveurs

Un des premiers jets d’itinéraire pour le voyage. Cliquez dessus pour plus de détails

Cette carte tracée sans se renseigner très précisément pour chaque tronçon est trop vague pour être utilisable telle quelle. Cependant, elle nous a donné une bonne vision d’ensemble, et nous l’avons définie plus clairement au fur et à mesure de notre avancement, de nos envies et des contraintes rencontrées !

Evolution de l’itinéraire

Le trajet aller de la carte initiale indique une distance prévisionnelle de 14 300 kilomètres. Arrivés à Shanghai, nous avons finalement parcouru 14 500 kilomètres : quelle prodigieuse précision !

Et oui, mais c’est sans compter les différents trajets que nous avons parcourus en transport : environ 500 km en Turquie, 2 000 en Iran, 1 200 au Kazakhstan, 3 500 en Russie, et puis encore 800 en Chine… soit 8 000 km de plus, non comptabilisés dans le compteur de vélo. D’un coup, la différence est plus importante !

Les transports

Les oursons contrôlent le mondeNous avons choisi de prendre des transports dans différents cas : pour échapper à la neige en Turquie, visiter l’Iran en bus, rattraper nos amis français au Kazakhstan, traverser avec eux la Russie dans les 10 jours accordés par le visa, et puis pour parvenir à trouver un endroit où renouveler notre visa en Chine. Nous avons aussi fait du stop sur des distances plus courtes en cas de fatigue, maladie ou autre.

Nous ne sommes pas des ayatollahs du voyage à vélo, donc cela ne nous pose pas plus de problèmes que cela de prendre des transports. Le vélo est un moyen de transport très pratique pour voyager, mais pourquoi s’y limiter en cas de soucis ?

De plus, avancer rapidement en train ou camion nous a permis de rattraper le retard sur notre planning. Le planning en soit n’est pas très important, mais par exemple arriver trop tard en Mongolie peut gâcher un peu le voyage, quand on sait que deux mois après notre passage, la température descendait sous le zéro…

Changements futurs

Les changements sur la partie Aller de l’itinéraire étaient mineurs, de simples petites déviations. Pour le retour, cela sera sûrement différent. Comme nous sommes tout de même un peu en retard sur le planning, l’hiver approche et nous ne sommes toujours pas au Japon. L’hiver là-bas étant, d’après ce que nous imaginons, un peu rude pour le voyage à vélo (et oui nous sommes des petites natures !), nous avons décidé de passer d’abord par l’Asie du Sud-Est, pour ensuite aller au Japon. Nous bénéficierons comme cela d’un passage en Asie du Sud-Est à la meilleure période, pour ensuite aller voir fleurir les cerisiers au Japon en Avril ! Beau programme non ?

Ensuite, du Japon, nous serons un peu loin et très en retard pour rentrer comme prévu. D’autant plus que ce trajet est un casse-tête administratif incroyable. Nous envisagerons donc d’autres solutions pour rentrer (ex : bateau pour la Russie puis trans-sibérien, puis vélo en Europe). Cela n’est pas encore défini, nous y réfléchissons !

Nous vous tiendrons informés ! En attendant, vous pouvez poser vos questions ci-dessous.

4 réflexions au sujet de « Détails de l’itinéraire »

  1. Constans Yves

    Bonjour,
    Je viens de découvrir votre site, et je voulais vous dire que je vais au Laos pour cette fin d’année. Je pars de Paris le 18 décembre et serai à Luang Prabang le 30 ou 31. Si vous le souhaitez et que vous prenez connaissance de ce message assez tôt, je peux vous amener quelques pièces qui vous font défaut.
    Bon voyage !
    Yves

  2. BOUILLAUD Gérard (le papa d'Olivier : lamigration.com)

    C’est merveilleux de faire partager ce voyage (nous avons vu hier un reportage sur La Mongolie pas chaud l’hiver !…) à Ares 33740 avec notre fils Olivier qui a fait un tour d’Europe en 14 mois et 15000 kms. (lamigration.com)
    bon voyage et bonnes rencontres enrichissantes …
    Gérard retraité qui vend des vélos d’occasion à Libourne entre autre.

  3. les Cyclorêveurs Auteur de l’article

    Salut Yves, merci pour ta proposition mais nous serons probablement déjà parti plus loin quand tu arriveras… Dommage !

    Pour l’instant ça tiens encore, j’ai fait une petite réparation d’appoint mais si ça tient pas on ira a Vientiane pour acheter une nouvelle jante.

    Bon voyage au Laos, c’est très agréable en ce moment !

  4. Sylvie

    très sympa votre blog et ttes mes félicitations pour la richesse de vos contenus et photos. Dites moi, aurez vous un adresse mail pour vous contacter?
    Merci
    Sylvie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.