KGZ_5224

Kyrgyzstan : un pays en couleurs !

Vert, c’est notre première impression : en passant la frontière nous quittons un paysage lunaire, gris, rocailleux et venteux pour arriver dans des montagnes plus douces et toutes vertes.
Rouge, c’est la couleur de l’eau chargée de boue, qui tranche avec les prairies qui deviennent de plus en plus vertes et diversifiées en végétation (si tant est que nous puissions appeler un chardon “diversité végétale” !)

Notre route est tout aussi rouge que la rivière que nous longeons.

Rouge, c’est aussi la couleur du drapeau de ce nouveau pays. Dont la frontière d’entrée est 20 km après la sortie du Tadjikistan !
Rouge toujours, ma couleur dans la descente : les nerfs sont à bout, il suffit d’une petite chute pour craquer complètement. Nous ne sommes pas loin pourtant, de l’autre côté de cette rivière à gué qui fait ma perte, c’est bien de l’asphalte qu’on voit, après 20km de taule ondulée rocailleuse et boueuse…
Verts à nouveaux, les militaires kirghizes qui nous laissent passer en plaisantant et sans nous ennuyer.

On aurait pu dire “vert, comme mon manteau” !

Blanches, les yourtes parsemées dans les combes que nous traversons sur du macadam gris. Difficile à croire mais voir la vie en gris nous plaît tout à coup !
Au galop, droit sur nous, c’est le brun des chevaux kirghizes, ce n’était donc pas une légende, ce peuple est bien maître de ces beaux animaux à la ligne élégante et musclée ! Mais c’est aussi le brun des yaks qui paissent autour des yourtes, imposants mais tranquilles.

Nos premières yourtes kirghizes ! Ils ont l’air de se marrer les nomades en tout cas !

Troupeau de yaks guidés par les bergers à cheval
Une ferme de yaks

Et enfin, du bleu, pas celui du ciel, qui est bel est bien absent pour laisser place à la pluie, mais celui des menuiseries de la guest house où nous sommes contents d’arriver pour un repos bien mérité !

Même les mobil-home ont des menuiseries en bois bleues

Nous aurions pu tenter le bleu-blanc-rouge en ce jour national, mais disons que notre sens patriotique a des limites !