Category Archives: Kazakhstan

KZK_5717

Entonces Astana que le gustó ?

Barra conectada mostrando en una pantalla gigante de imágenes de “modelo” a seguir : imágenes de nosotros lo que !

Este artículo está escrito por Guilhem

Me imagino que, como nosotros, Ahora soñando con irse a vivir en el piso 9, Aunque el edificio crack en todo y toma agua por el techo… Oh no ?

Los métodos de construcción y Urbanismo aún son absurdos no sólo de esta ciudad.
Lo que nos sorprende que la mayoría llegan a esta capital, Nos, viajeros a través de Asia Central durante los últimos meses, es el contraste entre el modo de vida en la capital, y en los pueblos y pequeñas ciudades del mismo país (Almaty es quizá una excepción, pero desafortunadamente no pudimos pasar).
Allí se me puedes decir también un contraste entre la vida en París y Cauberotte, pero se trajo a su clímax en el Kazajstán : los astanais son impulsados a seguir los principios del consumismo en el otro extremo, Mientras que los pueblos de Kazajstán permanecen en el espíritu de Asia Central, con bazares, vendedores por todas partes, etc.

Esto plantea muchas preguntas.

Por ejemplo, en comparación con la forma de vida en Astana : Cómo garantizar que la población se adapta a nuevas costumbres provienen de una cultura totalmente diferente ? Todas las reglas implícitas de Western City, Aplicamos sin siquiera darse cuenta como francés : para nosotros es evidentes del hecho de que han evolucionado con la población (o viceversa).
Ici, c’est une autre histoire, y hacer cumplir, un número impresionante de policías, guardias y personal de seguridad regularmente recordarles ellos. Y no tema para tomar a la ligera : se aplican en animales y malos caminos : probablemente lo que es la fase primera para inculcar en la población.
Ilustración : “No vuela en supermercados”. Pasado de la adolescencia, Todos sabemos, pero aquí las reglas nos toman por niños : muchos guardias aseguraran y monitorear, y en la entrada, los armarios están disponibles para cualquier bolso morral o mano : incluso de la bolsa media luna debe presentarse ! A menudo, necesita planchado pequeñas barreras de entrada para recuperar la bolsa, pero una vez que se pasa esa barrera, ninguna pregunta para empujar la pieza de metal y volver sobre sus pasos : gran tour obligatorio ! Esta es la regla !
“No hay foto de esto”, “No está sentado en este muro, para su seguridad”, “No hay cuestión de Cruz aquí, usted necesita tomar la puerta de entrada 200 m más adelante”. La lista sería larga ! Dushanbe con su requisito de coches, lavado en la ciudad todavía está lejos de la cuenta !

Foto tomada a riesgo de mi vida dentro del restaurante : Tengo que borrar después de salte sobre ella por el Gerente en furia !

Estas situaciones ilustran la política de formato en esta ventana ficticia de un país si es diferente.

Nivel más alto de un gran centro comercial : no es una estructura tan gigantesca evidencia de las ventajas de la sociedad de consumo ?

Waaaaaouh !

También surgen otras preguntas : todo es muy caro, Cómo podemos aterrizamos allí procedentes del resto del país ? Lo que han hecho para los pobres ? La cuestión se plantea sobre el tono humorístico, pero la respuesta es probablemente no, por desgracia.

Sin embargo, una referencia de Francia esta vez !

Sin duda, el Presidente ha hecho la ciudad una prioridad nacional, así no menos de 5% se gasta el presupuesto del país, pero este dumping es razonable ? Es la ciudad estable por sí mismo, o es una burbuja que puede desplomarse en la primera sacudida ? Es un poco la impresión de que da. Visión de largo plazo del país se detiene 2030, fecha fijada por el Presidente, Quién sabe sin duda que no será capaz de durar mucho más tiempo después de este plazo ! Después de, Pase lo que pase !
Me gustaría volver en 40 años para ver el resultado del sueño americano en el corazón de la estepa…

Fuimos poco a poco salidos de lo que hace que nuestra cultura occidental, con la transición turca, para separar totalmente en Irán y Asia Central, y listo se nos salte literalmente a la figura del caricaturizado forma una mañana bajando de un tren de noche : todo lo que puede cuestionarse en nuestro modo de vida en Francia entonces revela claramente un niño ! Incluso un brutal regreso a París no hubiera sido tan demostrativo, Gracias Astana, ayudamos a nuestros defectos más profundos…

KZK_5832

Astana, tipo de cartón de nueva Nueva York

Après notre virée en train qui nous propulse au nord du Kazakhstan, nous arrivons dans cette ville siétrange, après tout ce que nous avons pu voir en Asie centrale. Cette ville ne ressemble à rien de ce que l’on trouve ici, tout y est importé et emprunté aux grandes villesoccidentales”. Voyez plutôt !

Astana plage ! Ici par contre il est possible de se baigner, car la ville étant au milieu de la steppe,l ‘eau a la chance de n’être pas trop polluée !
Ou est la Grande Arche ? A quelques milliers de kilomètres !

La tour Baiterek, symbole de la ville au centre du quartier des gratte-ciels (qui est aussi le quartier ministériel)
Les buildings rivalisentd’originalitépour se faire remarquer.

Bon, c’est vrai que certains monuments ne viennent pas d’occident !
On a cherché à se connecter au FreeWifi du parc pour faire un peu de Skype, mais sans succès


Astana de jour, c’est impressionnant, mais le mieux, c’est :

Astana by night !

Scène installée sur l’eau, pour fêter l’anniversaire du président : on a eu le droit à un petit opéra !

En fait les immeubles ne penchent pas vraiment
Au revoir les étoiles avec toutes ces lumières !

La troupe devant la grande coupe du monde de foot locale

Il y a même des oeuvres d’art dans le parc : en carton aussi ?


Et oui, car il faut le savoir : cette ville est en carton pâte : tout semble tout beau tout neuf, grâce à l’argent injecté en masse dans la nouvelle capitale (5% du budget annuel de l’état). Mais à vouloir construire si vite, on se retrouve facilement avec des constructions en toc.

Est-ce un paysage de LegoLand ?

Regardez bien la photo précédente : tout, du pont aux immeubles, est quadrillé comme des briques Lego : cela est dû au plaquage en carreaux de toutes les surfaces visibles : derrière, la construction est archi-baclée, ce qui n’est pas propice à un enduit correct. Le problème est que cette méthode, ou la qualité de sa fabrication, vieillie très mal

Détail d’un mur d’immeuble à Astana

La capitale a été transféré d’Almaty à Astana il y a juste 15 años : la ville était toute petite avant, ce qui signifie que les immeubles ont au maximum 15 años.
Cela fait peur lorsque l’on voit leur état de plus près



Je prend les paris : dans combien de temps pensez-vous que la capitale sera à nouveau transférée, du fait de la détérioration de tout ce qui a été construit pendant cetâge d’or” ?

KZK_5522

BishkekAstana en 4 jours !

Vous avez découvert Bishkek, capitale du Kirghizistan, dans un poste précédent. La ville est à vingt kilomètres de la frontière kazakhe que nous rejoindrons donc très rapidement. D’ailleurs, nous avons l’impression que la ville est continue, en se poursuit même au Kazakhstan ! Nous ne sommes donc pas dépaysés par le passage de frontière (le premier où nos vélos sont reniflés par les chiens drogués !).

A partir de là, commence une longue traversée de la steppe : il y a environ 1200km jusqu’à Astana, capitale du Kazakhstan, où nous devons rejoindre Anne So et Max pour la suite du périple. Sauf que ce n’est pas tout, ces quelques bornes, il va falloir les parcourir en cinq jours maximum !

Nous commençons tranquillement, nous roulons sur ces routes plates et droites, nous rencontrons quelques kazakhes, certains tout blonds, d’autres tout bridés, rarement les deux en même temps. Le sud du pays est la région la plus productive en fruits et légumes, le paysage est presque varié, et encore, nous approchons la steppe de plus en plus aride.

On doit rouler 1200 bornes en 5 jours, mais bon la sieste c’est sacré, surtout par ce temps !


On aurait pas du jouer à la balle avec la pastèque : une fois explosée, il faut la manger !

C’est à Chou (et oui, c’est bien le nom de la ville, et en russe, c’est encore plus rigolo : ça s’écrit avec seulement deux lettres !) que nous allons faire notre tour de magie. En effet, après plusieurs tentatives ratées pour faire du stop (le stop est payant icisaligots !), nous nous apprêtons à prendre le bus. Pour cela, nous nous rendons à la gare de Chou, où nous trouvons plus de trains qu’autre chose évidemment.

Il faut lire chou ! wy wy !

C’est là qu’à lieu l’imposture !

Nous n’avons pas beaucoup d’argent local sur nous, en tout cas, pas de quoi payer deux billets de train et un éventuel supplément pour les vélos (à titre purement indicatif, l’aller Chou-Astana aurait coûté 4 500 tengue, soit une trentaine d’euros par personne), de repente, nous commençons à négocier. Le train arrive et on apprend qu’en plus, il est complet. On essaye d’amadouer le contrôleur en chef. Entre temps, nous rencontrons un habitant d’Astana qui nous tchatche un peu. En voyant que nous n’arrivons pas à convaincre qui que ce soit, il nous donne un tuyauVous n’avez qu’à dire que vous voulez être à Astana pour l’anniversaire du président !

Et oui, nous l’avions déjà vu ailleurs, nous célébrons le jour même l’anniversaire du chef de l’Etat ! Le train va bientôt partir. Je tente le coup et ni une ni deux, tout le monde se précipite pour nous faire grimper dans le train ! Il nous manquait juste la formule magique en somme !

Voilà comment nous prenons le train pour la première fois du voyage ! Le trajet dure quinze heures, nous sommes dans un train couchette sans réservation, mais les contrôleurs de notre wagon se casse la tête et nous parvenons finalement à nous installer confortablement pour seulement le peu d’argent que nous avions sur nous (3000 tengue, tapis !).

Y luego, on s’est fait un nouveau copain (celui qui nous a parlé du président) : Chafrat nous accueille chez lui quelques jours et nous aide beaucoup à notre arrivée à Astana.