Category Archives: Kyrgyzstan

14-Kyrghizistan

Bishkek, capitale du Kirghizistan

Bishkek est notre second “retour à la civilisation”.
En effet, après Osh, nous arrivons dans cette capitale après notre journée de camion-stop.
La ville est vivante, même à 22h30. Nous arrivons le jour de la finale de l’Euro, et nous voilà catapultés à une terrasse de café huppé à siroter un cocktail raffiné (pas forcément bon pour autant), avec une bande d’étudiants étrangers à regarder le match – sans grand intérêt, Espagne/Italie !

Sur la rue, on trouve toute sorte de commerces

Quelle drôle de situation, alors qu’il n’y a que quelques jours, nous étions encore à manger des pâtes mal cuites sur le haut d’un plateau désert, nous sommes tout chamboulés. Pour autant, nous profitons de l’accueil spontané et généreux que nous offre ce jeune étudiant américain. D’ailleurs, quelques jours plus tard, nous fêtons l’Independance Day !

Ce n’est pas la relève de Bukingham mais tout de même !

Moi je crois qu’ils se racontent des blagues en cachette !

Bishkek est plein d’espoir : nous y voyons une once d’art avec quelques statues ici et là dans la ville (et pas seulement des oeuvres soviétiques ou des types sur des chavaux !), un peu d’éclectisme aussi, avec visiblement des minorités assez fortes qui se mélangent avec les kirghizes.

Tous les types, tous les styles !

De l’espoir aussi sur le plan du voyage, puisque nous avons plus de nouvelles de nos amis et futur sauveurs Anne So et Max dont vous apprendrez plus dans les prochains articles.

KGZ_5348

Sommes-nous passés à côté d’un pays ?

Le Kirghizistan est un chouette pays, les paysages sont variés et les coutumes sont riches, pourtant, nous ne parvenons pas à en profiter pleinement (also, les photos vous montreront de beaux paysages paisibles, qui ne transmettent pas forcement notre etat d’esprit).

Entre Osh et Bishkek


Tout est calme

Retenue d’eau
And yes, il semble que nous ne pouvons pas être tout le temps “à fond”.
Plusieurs choses nous empêchent d’être dans le bon état d’esprit. Nous avons du mal à analyser cet état qui nous surprend tous les deux en même temps comme cela ne nous était jamais arrivé auparavant, et du coup, nous avons du mal à en sortir.

Le Tadjikistan nous a offert et demandé trop, et maintenant, nous trouvons ces routes toutes lisses et un peu fades. La présence trop prégnante de la civilisation gâche les paysages à coup de lignes à haute tension, de bardages le long des routes et de grosses usines. Les lacs eux-mêmes – dans la région que nous avons traversée – sont artificiels, la vie autour est très pauvre.

Mais il n’y a pas que cela, nous sommes aussi un peu stressés, car bientôt, il va nous falloir faire un très grand bond pour rejoindre la Mongolie dans la courte période d’été et nous ne savons pas comment. Heureusement, nous trouverons une solution à Bishkek et nous pourrons repartir plus sereinement, vers une aventure toute nouvelle !

Finally, en passant seulement une quinzaine de jours au Kirghizistan, nous avons laissé de côté beaucoup d’aspects du pays, mais ce sera pour une autre fois inch Allah !

On se delasse quand meme !

A la base de loisirs evoquee dans un article precedent
KGZ_5256

Kyrgyzstan, deuxièmes impressions

En arrivant dans ce nouveau pays, nous arrivons aussi dans une nouvelle zone géographique. En effet, nous quittons le plateau du Pamir pour dévaler dans la plaine d’Osh puis la vallée de Fergana ensuite.

Quelques flip flop pour commencer !


Puis une descente plus douce. Les montagnes sont encore la !
Le marche de Osh en conteneurs, rempli d’Alpen Gold, houra !

First, nous sommes trop contents de retrouver ces plaines cultivées, un soupçon de civilisation et le confort qui l’accompagne. Pendant plusieurs jours, nous nous étonnons de voir des arbres, des étals de fruits et légumes le long de la route et des animaux autres que des moutons et des yaks. Le paysage est tellement varié qu’on se croirait presque en France par moment !

Le boulevard de la pasteque

Grand canyon ?

Mais nous retrouvons aussi beaucoup d’autres éléments des routes de plaines comme le trafics et les klaxons, les gens qui demandent à nous prendre en photo, les “ot kouda” hurlés par la fenêtre des camions qui passent un peu trop près ou encore les routes rectilignes et plates. Et là, tout à coup, nous regrettons notre plateau tranquille !

Les gens que nous croisons (on ne sait pas bien si ce sont des kirghizes ou des ouzbèkes, puisque la région fait l’objet de conflits encore actuels et non résolus, la dernière révolte date de 2010 où des civils ouzbèkes et kirghizes vivant au Kirghizistan se sont violemment affrontés), ne sont pas forcément d’une sympathie incroyable. Certains nous donnent parfois des fruits, mais la plupart ont du mal à nous rendre ne serait-ce qu’un signe de la main. Parfois même des conducteurs débiles (le genre “regardez-moi, je roule en grosse Chrysler alors que mon voisin crève la dalle”) s’amusent à nous faire des queues de poisson ou nous jeter des détritus.

En conclusion, on voit beaucoup plus de monde par ici, sans pour autant rencontrer des personnes dont le contact nous encourage à nous immiscer plus dans leur pays pour le moment.

Besoin de repos ?

C’est ce que nous pensons jusqu’à ce qu’on rencontre ce gardien d’aire de loisirs, cette garnison de militaires hors service et ces deux transporteurs de patates.

Le premier, nous le rencontrons au bord d’un lac. Cela ressemble à un grand restaurant abandonné, il y a quelques tapchans installés pour s’asseoir sous les arbres, une plage en cailloux et même un pédalo ! Mais sinon, personne, juste ce gros bedonnant qui nous offre une corbeille entière de fruits. Il nous laisse peinards après s’être renseigné sur les questions d’usage : d’où venez-vous ? Où allez-vous ? Il comprend bien que nous avons envie de profiter de l’endroit au calme, ce qui n’est pas le cas de la cinquantaine de Kirghizes qui débarquent quasiment d’un coup quand sonnent 15h. La musique à fond et les gros lourdaux qui hurlent sonnent notre départ. Cet endroit est bien un espace de loisirs, mais nous repartons en invités de monsieur, merci !

Non loin de la “base de loisirs”

Quelques jours plus tard, nous approchons d’un immense lac entre les montagnes. Le soleil décline et nous serions ravis de nous installer au bord du lac. En descendant, nous tombons sur un emplacement idéal : un verger d’abricots avec un point d’eau et un terrain plat, le tout assez éloigné de la route. Mais, en nous approchant, nous nous rendons compte que nous arrivons à nouveau à beaufland. Il y a une foule de gens qui s’activent, barbecue et plov en préparation et dancefloor sur musiques occidentales… Il faut qu’on trouve un endroit un peu à l’écart, nous ne sommes pas dans l’ambiance pour la bamboula qui nous attend !
Nous n’avons pas le temps de nous enfuir, nous sommes invités illico à partager la piste de danse et le plov, bon.


Et finalement, nous découvrons que nous avons atterri en pleine journée de loisirs organisée par la garnison de la ville d’à côté. Tous ces gens qui remuent aux sons de J-Lo sont donc des militaires !
Nous sommes invités à la table du commandant qui nous explique un tas de choses et qui est la première personne d’Asie centrale avec qui nous avons une discussion approfondie et intéressante, c’est quelque chose ! Et, comble de la bonne nouvelle, en plus de rencontrer des gens intéressants, il n’est pas question de bamboula jusqu’à l’aube. A 10h du soir, le commandant annonce la dernière musique, quand elle se termine, pas de protestation, en dix minutes, tout le monde a rassemblé ses affaires et s’est réparti dans les voitures pour lever le camp. Nous sommes à l’armée, et ça se sent !
En ce qui nous concerne, nous avons gagné une yourte pour la nuit, extra !

Merci au commandant heureux et sage !

Finally, voilà le moment venu de faire un peu de stop. Nous sommes pressés, fatigués et les deux gros cols qui se profilent à plus de 3 000 mètres d’altitude avant Bishkek sont un obstacle trop important par rapport à nos moyens. Then, après un petit dèj sur la plage (pas de mer au Kirghizistan, mais toujours ces retenues d’eau partout !), nous allons nous poster en bord de route.
C’est dimanche, le trafic n’est pas très dense, mais il ne faut pas plus de deux véhicules qui passent avant qu’un camion ne s’arrête pour nous prendre. La camionnette transporte 5 tonnes de patates (au lieu de 3,5 max normalement…), deux conducteurs et déjà deux autres passagers ! Nous nous glissons quand même dans la cabine, nos vélo avec les patates, et nous voilà embarqués vers la capitale.

Vue grand angle de la cabine

Les paysages que nous traversons sont magnifiques, nous apercevons les hordes de chevaux paître tranquillement dans ces pâturages d’altitude bien verts et fleuris comme seulement quelques semaines dans l’année. Sur les bord de la route, des apiculteurs vendent leur miel et des semi-nomades leur kymiz (lait de jument fermenté). Nous goûtons quelques spécialités offertes par nos transporteurs.
Il leur faut un moment pour se détendre et discuter vraiment, mais nous finissons par nous familiariser les uns aux autres et on rigole bien. C’est que le voyage est un peu long : l’engin est un peu trop chargé et le moteur chauffe. Heureusement, nous sommes dans une vallée, et l’eau du torrent fait office de liquide de refroidissement à grand renfort de seaux d’eau giclés sur le moteur fumant tous les cinq kilomètres en montée (je vous rappelle que nous avons deux cols à 3 000 m d’altitude à passer, avec un point de départ à à peine 1 000 m, ça vous laisse imaginer le nombre d’arrêts…). Mais le moteur qui chauffe n’est pas le seul problème, sometimes, les vitesses se desserrent, et il faut les passer “à la main” en ouvrant un capot qui donne accès au moteur depuis l’intérieur de la cabine, le tout en roulant bien sûr !
Finally, cette journée de camion a été épique (pour 500 km à parcourir, nous avons battu le record d’un Paris-Morvillars en 13 heures avec l’espace !). Nous avons débarqué dans la capitale à 10h du soir, pas forcément idéal pour rouler et trouver un logement, mais tout s’est bien passé !

Les cimetieres ont leur cachet !
KGZ_5224

Kyrgyzstan : un pays en couleurs !

Vert, c’est notre première impression : en passant la frontière nous quittons un paysage lunaire, gris, rocailleux et venteux pour arriver dans des montagnes plus douces et toutes vertes.
Rouge, c’est la couleur de l’eau chargée de boue, qui tranche avec les prairies qui deviennent de plus en plus vertes et diversifiées en végétation (si tant est que nous puissions appeler un chardon “diversité végétale” !)

Notre route est tout aussi rouge que la rivière que nous longeons.

Rouge, c’est aussi la couleur du drapeau de ce nouveau pays. Dont la frontière d’entrée est 20 km après la sortie du Tadjikistan !
Rouge toujours, ma couleur dans la descente : les nerfs sont à bout, il suffit d’une petite chute pour craquer complètement. Nous ne sommes pas loin pourtant, de l’autre côté de cette rivière à gué qui fait ma perte, c’est bien de l’asphalte qu’on voit, après 20km de taule ondulée rocailleuse et boueuse…
Verts à nouveaux, les militaires kirghizes qui nous laissent passer en plaisantant et sans nous ennuyer.

On aurait pu dire “vert, comme mon manteau” !

Blanches, les yourtes parsemées dans les combes que nous traversons sur du macadam gris. Difficile à croire mais voir la vie en gris nous plaît tout à coup !
Au galop, droit sur nous, c’est le brun des chevaux kirghizes, ce n’était donc pas une légende, ce peuple est bien maître de ces beaux animaux à la ligne élégante et musclée ! Mais c’est aussi le brun des yaks qui paissent autour des yourtes, imposants mais tranquilles.

Nos premières yourtes kirghizes ! Ils ont l’air de se marrer les nomades en tout cas !

Troupeau de yaks guidés par les bergers à cheval
Une ferme de yaks

Et enfin, du bleu, pas celui du ciel, qui est bel est bien absent pour laisser place à la pluie, mais celui des menuiseries de la guest house où nous sommes contents d’arriver pour un repos bien mérité !

Même les mobil-home ont des menuiseries en bois bleues

Nous aurions pu tenter le bleu-blanc-rouge en ce jour national, mais disons que notre sens patriotique a des limites !

KGZ

Récapitulatif Kirghizistan !

Suivez les liens contenus (ou qui seront contenus) dans le message pour voir les articles correspondant !


Afficher notre avancement sur une carte plus grande

La frontière pour sortir du Tadjikistan passée, nous sommes pas au bout de nos peines : le col se trouve à quelques centaines de mètres, mais ce sont plus de vingt kilomètres de mauvaises pistes qui nous attendent avant le poste frontière Kirghize !

La douane passée sans trop de problème, nous découvrons un nouveau type de paysage, avec, ô surprise, de la verdure à nouveau ! Il faut dire que nous avons déjà avalé plus de 1000m de dénivelé dans le bon sens !

Nous rejoingnons le village de Sary-Tash pour nous reposer de toutes ces aventures dans une Guest House, et profiter d’un repas dans un café (cela aussi, cela faisait très longtemps qu’on en avait pas vu !).

Le lendemain, c’est à nouveau reparti pour un col… mais la descente suivante est extraordinaire : le dénivelé est tellement important que nous avons à peine besoin de pédaler, et nous pouvons observer sans peine des scènes de vie Kirghize le long de la route : des yaks, des chevaux, des yourtes, beaucoup d’enfants, et surtout beaucoup de monde par rapport à ce que l’on a pu voir “là-haut” !

Un autre aspect qui nous a marqué dans cette descente est la sensation de retourner sur terre au fur et à mesure des kilomètres : nous voyons apparaître des plantes en plus de l’herbe, puis des arbres, des oiseaux, des animaux, de la vie quoi ! La température augmente aussi à vue d’oeil : nous passons de cagoule et coupe-vent + polaire le matin à T-shirt en fin de journée !

Deux jours seulement nous seront nécessaires pour relier Osh, malgré le kilométrage et deux cols non négligeables : l’aérodynamisme des vélos couchés nous permettent de voguer à 40km/h pendant une cinquantaine de kilomètres !

Osh nous offre un repos bien mérité, et nous retrouvons de nombreux cyclos encore une fois.

Nous repartons après deux jours sur la M41 vers Biskek : les paysages sont une fois de plus magiques, malgré une chaleur infernale.

Après un petit coup de camion-stop pour passer les deux derniers cols (à plus de 3500m), nous arrivons à Biskek, capitale du pays. Nous logeons chez un couchsurfeur américain très sympa, trouvé par hasard !

Nous quittons ensuite Biskek pour le Kazakhstan, où nous comptons rejoindre un couple de voyageur français, Anne-Sophie et Maxime.