Tag Archives: M41

TJK_5191

Bilan du passage du massif du Pamir

Vous avez pu les apercevoir en photo ou en vidéo : les paysages que nous avons pu traverser lors de notre passage au Tadjikistan étaient vraiment époustouflants. Nous avons passé des montagnes et des vallées toutes plus belles les unes que les autres.
D’un autre côté, comme vous avez pu le lire ou le ressentir dans nos messages, cet endroit a été le plus dur de notre voyage, et moral d’acier devait se joindre à physique sans faille pour surmonter la difficulté sans cesse renouvelée de ce genre d’endroit.
En haut du dernier col : de l’autre côté, le Kirghizistan, nous sortons du Pamir !

Voici donc un petit message récapitulatif des différents itinéraires que nous avons emprunté, à titre d’informations générale pour la plupart des gens, et d’information précises pour ceux et celles qui prépareraient un périple (et c’est le mot) à vélo dans cette région.

Je séparerai le pays en sept parties (qui correspondent plus ou moins aux précédents posts, voir liens) :
De Dushanbé au check point de police, par la M41
Le col de Sarindaj, toujours sur la M41
De Kalaikhum vers Korog, M41 encore et toujours
De Korog vers Langar, hors M41 cette fois, dans la vallée de Vakhan
De Langar vers la route asphaltée de la M41
Le massif des Pamirs, enfin !
• La fin du Tadjikistan, après le lac Karakul

• De Dushanbé au check point de police, par la M41

La route commence assez fort, et annonce la couleur : non pas du fait du dénivelé, en somme pas si important que cela, mais par l’état de la route. En effet, ce tronçon de la M41 n’est plus la route principale. Depuis la période soviétique où la route a été construite, une autre route – qui passe par le sud et la ville de Khulob – a été ouverte. Du coup, la M41 devient peu à peu une sorte de piste dédiée aux habitants, faute d’entretien. A un certain moment, la M41 se sépare à nouveau de la “route” pour devenir une sorte de sentier très étroit. Dès lors, le passage à gué de rivières, les coulées de boues et autres surprises sont au programme ! Au moins on est sûr qu’il n’y aura plus de camion après cela !
Question paysages, on est servi : l’enfilade de vallées nous les découvre une à une, et chaque tournant nécessite une pause photo pour tenter d’immortaliser la sensation.

Nous conseillons grandement cette route (pendant les mois d’été seulement), qui malgré les montées et descentes perpétuelles, ainsi que le col qu’elle introduit (voir ci-dessous), permet d’apprécier une multitude de paysages différents, tout en passant par un chemin qui n’a pas l’habitude d’être fréquenté par les touristes (lui préférant la route du sud, un peu plus longue mais plus facile). Le ravitaillement n’est pas autant un problème, la vallée étant habitée régulièrement. De plus, on trouve des sources d’eau environ tous les 500m, et celle-ci est potable.

• Le col de Sarindaj, toujours sur la M41
Ce col, culminant à 3258,5m (pour être précis !), est la première difficulté vraiment physique du parcours. La route n’étant pas excellente, les 25km de montée à 7% sont assez pénibles, l’attention ne devant pas se concentrer uniquement sur l’effort à fournir mais aussi sur la trajectoire à emprunter pour ne pas buter sur une pierre, un morceau de glace ou tomber dans un nid de grosse poule… Cela reste cependant accessible à la plupart des cyclistes, car l’altitude n’est pas très importante (pas de problèmes spéciaux de respiration), et le dénivelé est constant, ce qui permet de prendre un certain rythme, très lent certes, mais qui se révèle finalement plus agréable que les montées et descentes alternées.
Le panorama juste avant l’arrivée au col est superbe et récompense bien de l’effort, puis la descente prend le relais.
La pente de celle-ci est plus marquée qu’à la montée, il faut bien vérifier ses freins, d’autant plus que la route donne souvent sur un gouffre de plusieurs centaines de mètres ! Cette descente impressionnante vaut le coup d’être vue de ses propres yeux !
Attention tout de même, cette route nécessite des travaux pour son ouverture (nouveaux ponts, tranchées dans les coulées de glaces, etc.) qui font que la route n’ouvre qu’aux environs du mois de juin. Ne restez pas coincés comme nous au check point de police !

• De Kalaikhum vers Korog, M41 encore et toujours

A Kalaikhum, nous rejoignons le flot des voyageurs et transporteurs ayant choisi la route du sud. Le calme est perdu mais la route redevient en “bon” état. Pendant toute cette section, nous pouvons observer, sur la berge d’en face, l’Afghanistan.
J’ai trouvé, à l’instar de certains autre voyageurs, cette route un peu lassante : la vallée très étroite avec des montagnes rocheuses très pentues n’offre pas le panel de panoramas de la première partie de la route, et après 300km de ce type de route on a très envie de passer à autre chose… Cela est certainement d’autant plus vrai pour ceux qui ont de plus déjà effectué la route du sud. Cela étant, ce passage n’est pas optionnel dans l’itinéraire (contrairement au suivant), alors autant s’en contenter et profiter de la relative facilitée de la route et du contact (lointain) avec les afghans!

• Vallée du Vakhan (ou Corridor du Wakhan), hors M41

Cette vallée est, depuis Korog, dans la continuité de la frontière avec l’Afghanistan. Elle est connue du fait de la géographie politique de l’endroit d’une part (l’Afghanistan présente dans cette partie la forme d’une queue de poêle, c’est à dire une excroissance du territoire entre le Tadjikistan et le Pakistan, créée dans le but d’éviter tout contact entre le premier pays, qui faisait alors partie de l’URSS, et le second, lié à l’Inde et donc à l’Empire Britannique. Cette zone tampon servait de “protection” pendant la période dite du “Grand Jeu” entre les deux empires). Elle est connue d’autre part pour avoir figuré dans le récit de voyage de Marco Polo en Asie Centrale.
Pour ces raisons notamment, elle figure dans le trajet de nombreux voyageurs, dont nous faisons partie. Cependant…

La route est assez bonne pendant un certain temps, puis cela se dégrade jusqu’au dernier village, Langar, qui est, pour la plupart des gens, l’extrémité de la vallée avant de faire demi-tour. On comprend pourquoi : en vélo il faut trois jours de route pour monter à un col à plus de 4300m, sur des pistes très difficiles, sans croiser un seul village… De plus les conditions climatiques viennent ajouter un peu de difficulté (s’il en fallait), en se levant brusquement l’après-midi, créant des tempêtes de sables très peu agréables…

Vous l’aurez compris, nous n’avons pas apprécié plus que cela (voir pas du tout) cet itinéraire, que nous ne referions vraiment pas si c’était à recommencer. La M41 sur ce tronçon est, d’après les commentaires que nous avons pu entendre, vraiment plus intéressante : en montant plus doucement vers le plateau à 4000m, sur une route correcte, on apprécie beaucoup mieux les paysages, qui sont les prémices de ceux que nous avons pu admirer par la suite, et que nous avons adoré : voir-ci dessous !

• Le massif des Pamirs, enfin !
C’était le but de notre périple dans ces montagnes, la ballade sur le plateau du massif du Pamir, et nous n’avons pas été déçus !
Quelques petits conseils tout de même :
Attention à la difficulté que l’altitude ajoute à cette route, les passages de cols à plus de 4000m restent toujours une épreuve physique ! Prévoir du temps pour profiter pleinement de l’endroit, sans devoir comme nous avancer à cause du délai imposé par le visa. Le col à 4655m est particulièrement éreintant, car plus question de pédaler en pente à cette altitude : il faut pousser le vélo péniblement sur de la piste pendant quelques kilomètres…
Attention aussi au ravitaillement. L’eau n’est plus aussi claire que dans les vallées, surtout l’après midi ou elle s’est chargée de sable du fait du vent : un filtre est nécessaire. Concernant les magasins, on peut en trouver, mais ceux-ci ne proposent quasiment rien : l’endroit est tellement reculé qu’aucun camion ne vient les ravitailler (d’autant plus que les locaux n’achètent quasiment rien non plus, faute d’argent). Notre conseil est d’apporter des sauces et autres ingrédients pour agrémenter les pâtes que vous trouverez sur place. Une bonne solution est de se faire cuisiner un repas de temps en temps dans les homestays croisés sur la route !

• La fin du Tadjikistan, après le lac Karakul
En quittant le lac, magnifique par beau temps, vous quittez aussi en quelques sorte la Terre, pour arriver sur la Lune. Les deux jours nécessaires pour sortir du pays peuvent se révéler être un cauchemar : plus d’eau, ni de forme de vie, un vent de face à décorner les bœufs, une frontière placée sur un col à plus de 4200m, puis une route post frontière tadjik non entretenue qui dure pendant 20km avant de tomber sur le poste frontière kirghiz !
Notre conseil : rouler très tôt le matin, avant que le vent ne se lève, et prévoir de passer la frontière dans la matinée : camper entre les deux frontières est sûrement possible, mais avec une petite visite des soldats kirghizes au programme !
Rassurez-vous : après la frontière kirghize, c’est à nouveau la Terre, avec de la verdure et tout !

Ce message peut paraître un peu décourageant, mais ce ne sont que les recommandations sur les passages difficiles, jetez un œil aux posts correspondant au récit et aux photos pour vous rendre compte que cela vaut tout de même vraiment le coup !

Bon courage aux cyclos préparant la route ! :)

TJK_5088-1

Pamiris

Il n’y a pas grand monde sur cette fameuse M 41. Nous voyons essentiellement des bergers ou des conducteurs de camions chinois (les camions sont chinois, les chauffeurs semblent plutôt d’Asie centrale !).

Du coup, nos rencontres sont peu nombreuses et assez furtives, mais les portraits méritent d’être publiés tout de même.

Dans le plateau du Pamir, il y a surtout des kirghizes :

Jiéna, “boss” du homestay “Marco Polo” où nous nous sommes bien reposés après la vallée Vakhan

Le chapeau Kirghize, merveilleusement porté avec ces yeux rieurs !

Une jeunette de 63 ans, un bébé tout nu dans le dos, peut-être que ce n’est pas le sien !

Réparation de yourte en cours !

Nous ferons peut-être plus de rencontres dans les prochains pays !

Et en exclusivité pour vous : les spécialités culinaires du pays ! Voilà ce que nous avons dégusté à Khorog !

TJK_4799

Vue sur l’Afghanistan


Arrivés à Kalaikhum après notre premier ‘petit’ col, nous déjeunons dans un petit kiosque donnant sur la rive d’en face, et nous passons le repas à nous demander ce que peuvent bien être les bâtiments d’en face : cela ne ressemble pas auc constructions que l’on a pu voir jusqu’à présent : sûrement un hôpital, car les gens sont habillés tout en blanc… mais où est le pont ? Ce n’est pas très facile d’accès avec cette grosse rivière. Et bien non, nous avions tout faux pendant une bonne heure : c’est l’Afghanistan que nous voyions juste en face, de l’autre côté de l’Amou-Daria !

Afghan beach !
Village afghan

Wouah ! Nous allons voir des afghans pour de vrai ! Nous allons même les observer pendant plusieurs jours, le temps de remonter la vallée partagée jusqu’à Khorog – et peut-être un peu plus !

Les Afghans qu’on voit sont des pamiris comme les autres : ils pêchent, ils transportent des denrées d’un endroit à un autre, ils cultivent et ils construisent, rien de bizarre en somme !

Parfois, on les voit de très loin ! Ceux-là étaient à peine visible à l’oeil nu !
Sur cette route, on aperçoit surtout des animaux et des gens à pied, très peu de véhicules peuvent emprunter la route escarpée.

Parfois des motos lorsque la zone est habitée.

Rien de bizarre ? Il y a quelques différences tout de même : la route a juste l’air un peu plus casse-gueule (les ânes eux-mêmes ne passent pas à certains endroits, donnant lieu à des déchargements/rechargements sur de nouveaux ânes de l’autre côté…), on aperçoit quelques fantômes en plein jour et les types ne portent pas de slip (photo à l’appui !) !

Fantôme droit devant !

Vous voyez un peu ce qu’il y a au milieu de la montagne ?
Il y a une route en construction !
Petite partie de pêche…
Tout nu !

Enfin tout de même, passer autant de temps le long de cette frontière à essayer de communiquer par grands signes et cris indistincts, cela fait quand même un drôle d’effet ! On aurait pu pousser le vice en faisant une excursion dans le pays étant donné qu’il y a des structures touristiques accessibles depuis le Tadjikistan (pour ceux que ça intéresse !).

On a eu aussi un petit aperçu des relations parfois tendues entre tadjiks et afghans. Ils ne se rencontrent quasiment jamais, ils ne se comprennent pas, mais ne s’aiment pas quand même ! Jet de pierre d’un côté à l’autre semble être courant lorsque la rive est assez étroite !

Voilà un endroit où la rivière est très étroite, il est facile de jeter des cailloux d’un côté à l’autre !
Pour réveiller ce chameau, les tadjikes n’y vont pas de main morte !
Mais le berger d’en face n’est pas très content…

Et ben nous, on les aime bien !

TJK_4526

Machina !

Sur la M41, on croise presque autant de véhicules “arrêtés” que de véhicules roulants…

Une petite photo pour situer le contexte… Vous devinez ce que l’on voit dans la rivière ?

Voilà ce qu’on trouve dans le fond de la rivière, rassurant !

Graou ! Pour réparer les routes par ici il faut au moins ça !

Et si on jouait au tacteu !

Les restes de la guérilla entre Afgahns et sovietiques dans les annees 1980′

Pont en morceau de camion !

TJK_4417

Barage au check point : flic ripoux en vue !

Comment ça la route est fermée ? Comment ça il y avait une autre route pour rejoindre Kalaikhum depuis Dushanbe ?

On ne sait pas ce qui nous arrive mais après quatre jours de piste et d’efforts, voilà qu’un flic nous bloque la route… Ca ne va pas se passer comme ça, les flics ripoux, on connaît, on a eu à faire à eux en Ouzbékistan et on sait comment s’y prendre.


C’est parti, on abat nos cartes : on s’assure d’abord qu’il n’y a pas de danger à poursuivre cette route, en le cuisinant un peu. Aucun véritable danger ou problème a priori, surtout que l’on voit des voitures passer le barrage dans les deux sens… Ensuite, on demande au policier à avoir au téléphone le soit-disant supérieur qui ne donne pas son autorisation. Si on ne l’a pas, on passe quand même et puis c’est tout ! Comme prévu, personne au bout du fil, on force donc le passage, mais la situation se tend lorsque le sous-fifre sort en chargeant sa kalachnikov… Il faut faire attention, il ne sait probablement pas s’en servir !

Tout se complique aussi quand le policier parvient à prendre nos passeports. Il les met dans sa poche, nous sommes coincés. Nous entrons dans une espèce d’enchère de menaces et de chantage. Nous prenons des photos, des vidéos, nous demandons tout haut s’il veut de l’argent. La situation ne se débloque pas, je me rend compte que je n’aurais jamais dû parler russe… Nous en venons à appeler l’Ambassade de France, en espérant au moins pouvoir récupérer nos passeports.
Et là, c’est le désespoir. La femme de l’ambassade nous confirme que la route qu’on a prise est officiellement fermée, il nous faut donc faire demi tour et passer par l’autre route.

Alors là, on a l’air con, il n’y a pas d’autre mot… Nous n’étions même pas au courant de cette autre route. Tout s’écroule, il n’y a pas de solution, retourner en arrière et prendre l’autre route nous demande au moins une semaine que nous n’avons pas par rapport aux visas. Il nous faut prendre le temps de remettre tout en place dans nos esprits et nos estomacs – trois heures de combat avec des policiers, ça creuse !

Le village est le dernier de la vallée
La rue principale du village !
Lune de jour

Une famille du village nous trouve effondrés et nous propose tout de suite de venir nous reposer chez eux. On ne peut pas refuser. On passe une journée avec eux, on se promène dans le village et nous nous laissons dire que la route est parfaitement praticable et qu’il est étrange que le type ne nous laisse pas passer. Tiens tiens, on apprend ensuite que la route devrait bientôt ouvrir, et pour finir, le policier nous interpelle le lendemain après midi pour nous dire que nous pouvons finalement passer…

Devant la tente, les enfants posent pour la photo !

Le policier n’avait sans doute pas envie de nous voir raconter notre histoire pendant trois jours à tout le village, qui nous avait vraisemblablement adopté (voir plus bas) ! Le plus drôle dans cette histoire, c’est que le matin du deuxième jour, un autre cyclo, australien, a passé le check point sans problème, profitant sans doute du sommeil des paresseux policiers !

Pendant cette journée “d’attente” dans notre famille d’accueil, nous mangeons local : du pain et du yoghurt, du yoghurt au pain et du pain sec trempé dans du yoghurt, le tout accompagné de thé. On se rend compte une fois de plus que nous sommes bien difficiles à vouloir notre ration quotidienne de protéines, légumineuses, et tout le toutim ! Nous nous demandons comment il est possible de se développer normalement avec si peu d’apport alimentaire, mais cela est a priori possible : reste à voir l’espérance de vie dans le village et les maladies dues aux carences…

Les hommes n’existent pas dans ce village, il y a seulement des femmes, des enfants, des vieux et deux sales flics ripoux ! Les maris sont partis travailler en Russie pendant que les femmes s’occupent de la maison, des enfants, des animaux, des cultures toutes seules pendant l’été.

En tout cas, nous avons appris beaucoup sur nos exigences en une journée dans un village reculé du Tadjikistan.

Séance de maquillage au naturel : la substance étalée au bout d’un bout de bois entouré de coton n’est autre que du mou de l’arbre d’à côté.

Et voilà ce que ça donne !

Après quelques minutes, on rince. Mais ce n’est pas un hénné très fort, rien ne reste…

Séance de corde à sauter avec une rallonge électrique

Et si on buvait l’eau des caniveaux !
TJK_4474

Préchauffe Pamir : de Dushanbé à Kalaikhum

Où est Charlie ?



Depuis Dushanbe, on file droit vers le Pamir, nous sommes bien motivés, bien préparés, fin prêts !
L’itinéraire est facile, nous allons suivre la M41 jusqu’à Osh dans plus de 1 000 km – c’est ce qu’on croit au début ! Les prochains articles vont vous montrer que ce n’est pas si simple…

Mais pour l’instant, nous allons vous raconter ce petit échauffement qui consiste en rejoindre Kalaikhum depuis Dushanbe en passant par un petit col nommé Sarindash.

A pic sur la rivière tourmentée

Attention aux troupeaux

On commence à prendre de la hauteur !

Petit tour de piste !

Cette fois on est vraiment haut !

Huuuge! On voit la route que l’on a empruntée quelques heures auparavant !

Hé ! Hé ! Nous ne sommes pas encore dans le Pamir et on peut dire qu’on en bave quand même ! Il nous faut quatre jours environs pour rejoindre le bas du col. Tout au long de la vallée, nous traversons des rivières à gué, des coulées de boues et des pierriers tant bien que mal et si c’est pas toujours en selle, c’est toujours mieux que les 4×4 et les camions qui restent embourbés !

Traversée à gué avec montagne striée en fond
Petite rivière et grand dévers

Nous traversons aussi quelques villages où les gens nous offrent du pain et du thé, en nous racontant que l’hiver, ils restent à attendre dans leur maison pas isolée que les trois mètres de neige fondent…

Nous allons juste plus vite que les bergers en transhumance!

Ensuite, il faut bien passer la montagne ! Pour grimper jusqu’au col, nous empruntons une piste parfois asphaltée, parfois beaucoup moins. Nous sommes tout seuls, et parfois,en plusieurs heures à rouler, nous ne croisons pas âme qui vive. Du coup, je n’hésite pas à “prendre une douche” à l’aise dans la rivière au bord de la route. Évidemment, c’est ce moment précis que choisi une des seules voitures croisée pendant deux jours d’ascension pour débouler droit sur moi… Grand moment !

On arrive en haut près du col, les montagnes s’étendent devant nous !

Bref, nous arrivons là-haut (3252m tout de même !) en roulant dans des couloirs de neige sur une route où il y a même de l’asphalte ! Mais nous ne nous attardons pas à cause du froid et de l’heure tardive.

Passage à l’étroit entre la neige qui ne fond pas quand nous sommes en nage !
Petit abri “bus ?” à 3252,80 m !!

On était tout en bas !

La descente est époustouflante. Nous tombons à pic dans une nouvelle vallée à l’allure toute différente. Sous nos roues, des devers de plusieurs centaines de mètres qui donnent sur un torrent en furie. Des vaches se baladent par ici et le cri des marmottes raisonne dans cet amphithéâtre géant !

Quelques lacets de piste à descendre !

La rivière est recouverte de neige.

Here, nous avons passé notre premier grand col, on peut dire que de là-haut, le paysage est spectaculaire !