IRN_1643

Conseil pour l’Iran : restez du côté obscur !

Quel est ce conseil bizarre me direz-vous ?

Dix-huit images valent mieux qu’une longue explication !

Quel côté de cette porte choisiriez-vous ?


Une rue bien sombre… Coupe gorges pour autant ?

Un problème récurrent en Iran est l’intensité du soleil, et la température élevée que cela provoque, surtout dans les villes bien denses !

Heureusement, l’architecture iranienne des villes est très bien faîtes pour cela !

Evidemment il ne faut pas s’arrêter trop longtemps au mauvais endroit…
Les mosquées bénéficient d’une architecture favorisant les flux d’air pour dormir prier tranquillement

La diagonale du ying et du yang

Léger courant d’air agréable dans ce couloir de mosquée

La circulation des flux d’air semble favorisée par rapport à celle des personnes !


Le mieux est encore de descendre près des quanats, ces réseaux d’eaux souterrains passant sous les maisons : des pièces y sont aménagées, et la température y est inférieure de 5°C !

Les rues de Yazd, la ville du désert, sont tellement hautes et étroites qu’elles sont le plus souvent à l’ombre, pratique !

Elles sont même parfois tout simplement couvertes, mais cela fait un peu peur de passer dessous !
D’autres inspirent quand même plus confiance

Des constructions sont prévues pour conserver de la glace tout l’été en plein désert : seul un petit trou sert d’aération, et le soleil ne se prive pas pour y jeter un œil !


D’habitude, les trous de lumière servent aussi de climatisation naturelle sauf dans ce cas précis : nous sommes dans un hammam !

Les dômes présentent souvent un trou à leur sommet, encore une fois pour l’aération (et peut-être aussi pour le bel effet visuel que cela procure !

Intérieur d’un grand caravansérail : entre fraîcheur et lumière, il faut choisir !

Vous l’aurez à présent compris : tâchez de rester du côté obscur !

Une réflexion au sujet de « Conseil pour l’Iran : restez du côté obscur ! »

Les commentaires sont fermés.