Geishas dans le quartier de Gion à Kyoto

Geishas

Les geishas, un autre mythe du Japon !

Nous sommes allés dans l’ancien quartier « réservé » de Kyoto, Gion, où à l’époque on se baladait avec un foulard sur le visage et un large chapeau : aujourd’hui, cela n’est plus trop réservé, mais l’on y voit sûrement plus de geishas qu’autrefois… Par quel miracle ?

Mythe, contre-mythe, et contre-contre-mythe

Geisha, ce simple mot, que vous inspire-t-il au premier abord ?

Geishas dans le quartier de Gion à Kyoto pendant le cherry blossom/sakura

Ce à quoi cela me faisait penser au début, ce n’était pas à « prostituée », mais plus à escort-girl. Ca fait un peu plus luxe ! Je savais qu’elles étaient censées être raffinées, et faire la conversation aux « honnêtes » gens qui les visitaient, et plus si affinité.

Qu’en est-il vraiment ?

Geishas dans le quartier de Gion à Kyoto

Geishas dans le quartier de Gion à Kyoto

Et bien il semblerait que théoriquement, les geishas étaient on ne put plus chaste, ne dévoilant leur charme qu’aux élus de leurs cœurs. Les hommes allaient voir les geishas pour admirer leur éducation poussée (un master (5 années) en art de la conversation, musique et autres), et passer un moment « hors du monde » en quelques sorte. Cette version théorique à ses limites, car dans l’histoire, des lois anti-prostitution ont fait fermé des quartiers de geishas entiers…

Tongs traditionnelles

Lors de la période Edo, où le Japon unifié est enfin en paix, de plus en plus de geishas proviennent de familles éduquées de samouraïs, qui a court de moyens ont parfois vendu très jeunes leurs filles. Parallèlement, la profession a  beaucoup évolué, en devenant très élitistes : certaines geishas sont devenues des célébrités connues du tout Japon, et il est dit que du fait de leur fréquentations avec les hommes de pouvoir, elles ont pu avoir une forte influence politique au plus haut niveau.

Le téléphone serait interdit pour les geishas, au profit des lettres. Certaines trichent !

 

Aujourd’hui, les geishas ne sont vraiment à l’aise dans le monde moderne, mais elles existent toujours, et suivent la tradition.

Il n’est cependant pas possible de devenir apprentie geisha (maiko) avant l’âge de 15 ans, mais la profession connaît un regain d’intérêt grâce à une meilleure information à son propos au Japon. Kyoto est la ville phare des geishas, avec plus d’une centaine de maikos !

On les voit donc souvent se promener dans le quarter de Gion, sous les flashs de la foule !

Geishas en balade en palanquin dans le quartier de Gion à Kyoto

Deux maikos se font promener dans une sorte de palanquin roulant !

Une petite interrogation tout de même : que fait cette petite fille habillée en geisha à cette âge là ? Ce sont peut-être des touristes finalement, qui sait ?

 

Une réflexion au sujet de « Geishas »

  1. Ping : Edito : les Cyclorêveurs actuellement à Tokyo ! | Cyclorêveurs : Récits

Les commentaires sont fermés.