Shinjuku Gioen, Tokyo (26)

Les parcs de Tokyo

Quand on pense à New-York, on imagine Central Park. Pour Tokyo, la verdure n’est pas forcément ce qui vient à l’esprit, et pourtant la ville est bien fournie de ce point de vue ! Nous comparons forcément un peu toutes les grandes villes à Paris, et sur ce point là il n’y a pas photo : les parcs de Tokyo sont bien plus nombreux et agréables que ceux de notre capitale (non parce que Boulogne et Vincennes c’est sympa, mais ce n’est pas vraiment dans Paris !) !

Petit tour d’horizon des principaux parcs de Tokyo, que nous avons testés pour vous en allant régulièrement y faire la sieste pendant la journée ! Et oui, nous ne sommes pas les Cyclorêveurs pour rien !

Yoyogi, le parc djeun’s cool

Le parc de Yoyogi est situé dans le quartier de Shibuya, où nous étions logés au début de notre séjour à Tokyo. Cela nous a permis de nous y rendre régulièrement et avec plaisir, car c’est l’un des parcs les plus funkys de la capitale !

Gratuit et avec de grands espaces herbeux non interdits (rare !), la population que l’on y retrouve est plutôt jeune, et ne bois pas que de l’eau ! La période des Sakura “lance” la saison du parc pour le Hanami, tradition de se retrouver sous les cerisiers en fleurs pour des grands moments de pic-nique ou autre. Du coup, le parc qui perd toute son herbe très rapidement sous les cerisiers du fait de l’affluence ! Heureusement, les belles bâches bleues évitent aux japonais de se salir !

Shinjuku Gioen

Comme son nom l’indique, nous sommes maintenant dans le quartier de Shinjuku, un des plus centraux et animés de la ville. Le parc est payant, mais une broutille au regard du niveau habituel tokyoite. L’autre inconvénient de ce parc est qu’il ferme très tôt (16h30, c’est indécent tout de même !). Alors nous, en arrivant à 11h, on a à peine le temps de faire la sieste quelques heures, et hop, il faut faire le tour de ce grand parc au pas de course alors que les annonces sur fond de “ce n’est qu’un au revoir”, sont de plus en plus pressantes pour nous faire sortir !

Enfin, nous avons quand même eu un peu le temps d’apprécier les différentes parties de l’endroit. D’abord la serre tropicale, très moderne et majestueuse. Les variétés sont bien présentées. Si Guilhem n’était pas sur le point de s’allonger dans les fougères pour piquer un roupillon, on y aurait peut-être pris quelques photos pour vous montrer !

Ensuite, les grandes pelouses accueillantes ! On s’y trouve bien pour dormir. Au réveil, on observe les armées de japonais armés jusqu’aux dents des meilleurs appareils photo et tout ce qui va avec ! Ils sont drôles à être toujours aussi bien équipés, quelque soit l’activité pratiquée, il faut toujours la panoplie complète !

Et enfin les jardins : une partie traditionnelle japonaise, entre étangs, pergolas de glycines en fleurs qui embaument et azalées explosives, du bonheur pour les sens ! Et une partie inspirée des jardins français. A ce moment là, les annonces pour sortir sont vraiment insistantes et si on veut retrouver nos vélos, ils faut qu’on presse le pas. J’ai juste eu le temps de remarquer l’inspiration française dans le traitement des pelouses et des buis, mais avec une perspective à l’envers et des essences parfois un peu trop tropicale pour ne pas faire tâche. C’est intéressant de se rendre compte des spécificité du jardin français en voyant les “défaut” d’interprétation ailleurs, on doit faire de même chez nous avec les “jardins japonais” !

Meiji Shrine

Juste à côté de Yoyogi, il y a ce sanctuaire Shinto, plongé dans une véritable forêt. C’est incroyable de faire une balade dans les bois, au milieu des grands arbres alors que nous sommes en plein centre de Tokyo ! Il pourrait même y avoir des animaux ! Entre les grands arbres, on trouve quelques pelouses (parfaites pour dormir !) et des azalées en fleurs.

Hama Rikyu Teien

Ce petit parc est à deux pas du marché aux poissons, coincé entre la baie de Tokyo (que nous voyons pour la première fois !) et les grattes-ciel. Ce jardin était rattaché au palais impérial et dispose donc des agréments de distraction préférés de l’époque.

En premier lieu : les maisons de thé qui occupent une place particulièrement importante ici. Beaucoup ont été détruites lors du tremblement de terre de 1923, certaines n’ont pas résisté aux bombardements des alliés, cependant celles qui ont été restaurées sont magnifiques. Nous avons eu l’occasion d’en observer une de près. Le travail d’artisanat mis en œuvre est à la fois précis, complexe, maîtrisé et pur, pour un résultat raffiné et simple.

Mais le réconfort ne vient qu’après l’effort, et le parc est aussi le terrain de chasse aux canards des anciens dirigeants du pays, trop drôle ! Tout un système a été mis en place avec des canards apprivoisés et des canaux pour attraper les canards sauvages au filet ! Il y a même un sanctuaire dédié aux âmes des canards ayant perdu la vie au cours de ces parties de chasse !

Il y a beaucoup d’autres parcs et jardins, et certains ont échappé à notre vigilance (nous avons été à Ueno, un parc réputé, mais comme on n’y a fait que la sieste, on n’a pas de photo…).

Nous aurions pu aussi vous parler de nos spots préférés de bivouac dans des parcs publics, bien différents de ceux-là, mais nous avons trop d’anecdotes à vous raconter et cela fera partie d’un autre article !

2 thoughts on “Les parcs de Tokyo

  1. Hugues

    Je ne suis pas surpris du succès des anglais. Quand j’allais au Japon, j’avais l’impression d’être un demi-dieu: à la cantine , les tablées de secrétaires s’arrêtaient de parler pour me regarder avec des yeux comme des soucoupes, les collégiennes me prenaient en photo en douce dans le métro avec leur téléphones et pour les enfants, j’étais la réincarnation de Godzilla.
    C’est rigolo au début, mais ça devient un peu pesant à la longue!

    H.

  2. Tinou

    La sieste vous prend combien d’heures par jour? C’est pour vous reposer des Karaokés quotidiens? 😉
    Bravo pour les photos de glycine et d’azalées, ça fait rêver lorsqu’ici on a du mal a dépasser les 15 degrés et que pas un seul brin de muguet n’a pointé son nez le 1er mai.

Comments are closed.