785355akb48610x54021filles

Japon : abécédaire des trucs rigolos

On s’attendait à s’étonner de pas mal de choses en arrivant au Japon, et on a été servi ! Pour vous en donner un aperçu rapide, nous vous avons concocté un petit abécédaire maison !

AKB48 :  le groupe de musique préféré des japonais : 48 minettes qui se tortillent bien en rythme. C’est la culture pop du pays, ça va avec Akihabara, le quartier geek de Tokyo avec tous les mangas, les jeux vidéo et les figurines qui vont avec, avec Adolescente, ce à quoi une japonaise doit ressembler pour plaire aux hommes et avec Accro : tout bon fan se doit d’avoir le poster, le porte-clef et/ou le T-shirt du groupe, même s’il faut faire la queue une heure devant le magasin !

Bento. Pour déjeuner rapido, rien de mieux qu’un bento, la petite boite repas. Le bento est une institution, il remplace nos sandwichs, Tupperware ou panier pic-nique, et il y en a pour tous les gouts ! On a vite été convertis ! Tous les supermarchés et combinis ont leur micro-onde à disposition pour les réchauffer, habile !

Combini

Combini. Lawson, Family Mart, 7Eleven, Daily Yamakasi, Ministop, SunKus, Circle K, et j’en passe. Tous ces noms correspondent à des enseignes de “convenient store”, supérette ouverte 24h/24, 7j/7 et multi-services : en plus de nourriture et de biens de consommation habituels, il y a des toilettes, des ATM, des photocopieuses, des distributeurs d’eau chaude et même des poubelles (voir P !). Ils pullulent tous les 150 mètres environ, impossible à louper : il n’y a pas à dire, c’est pratique !

DistributeurDistributeur de boissons chaudes. Ca aussi, ça peut être pratique, et il y en a aussi partout ! Pourquoi s’ennuyer à aller dans un café, discuter avec un serveur et s’assoir confortablement quand il y a une machine qui nous offre un (mauvais) café bien chaud, avec du choix en plus ?!

Etage. Ici, point de restaurant avec terrasse ou même pignon sur rue. La plupart des bars sont perchés dans les étages des hautes tours de la ville. Il faut oser prendre l’ascenseur miteux pour trouver un troquet sympa. Pour les connaisseurs, ou ceux qui lisent le japonais… Les autres, tant pis !

Flics. Les japonais avec qui nous avons eu le plus de contacts durant notre périple roulé, quand ils venaient nous voir pour nous demander de bouger notre la tente ! Ils ne sont pas méchants, peut-être même moins cons que chez nous, mais ils appliquent les règles strictement en tout cas ! Pas facile pour les français, qui font tout de travers…

Golf et baseball. Les sports nationaux (vous croyiez que c’étaient les arts martiaux ?) ! La capitale a son fameux Dome, consacré au baseball, mais dans tout le pays, les terrains de baseball et de golf prennent de la place. Même à Tokyo, les gens s’installent des petits filets sur leur toit pour taper du club !

Golf et Baseball

Haricot rouge. Hum ! Ca a l’air bon ce petit pain au chocolat ! Et ben non, ce n’est pas du chocolat, mais de la pâte de haricot rouge : le azuki ! Dommage ! Depuis la Chine, on commence à s’y faire, et presque à apprécier, même si c’est un peu écœurant à force…

interdit de fumerInterdiction de fumer : sur les trottoirs, dehors, les fumeurs doivent se retenir. Heureusement pour eux, il y a les restaurants ! Il y a plein d’autres interdictions : interdit de prendre des photos ici, interdit de marcher là, interdit de gêner les gens qui travaillent surtout !

PachinkoJeux d’argent. A Tokyo comme dans n’importe quelle ville, les pachinko et slot machines jalonnent les rues. Il faut le voir pour le croire : quand les portes s’ouvrent, il faut déjà se boucher les oreilles tellement le bruit généré est élevé ! Ensuite, on circule dans les allées de machines à sous où les japonais sont comme lobotomisés devant les écrans colorés saturés et hurlants. Un exutoire pour cette société de travailleurs ?

KaraokéKaraoké. On a eu l’occasion de tester cette sortie classique à plusieurs reprises, encore un bon moyen d’en avoir plein les oreilles ! Pour nous, c’est difficile de prendre le micro comme ça, à froid, à toute heure de la journée… A priori les japonais n’ont pas ce problème ! La particularité des karaokés par ici est qu’ils sont constitués d’une multitude de salles de toutes tailles, à réserver à l’heure (peut-être même à la demi-journée pour les afficionados, sait-on jamais !). Conseil : enchainez bien les chansons dans votre salle, car si la musique s’arrête, on entend les voisins, et c’est parfois vraiment pas très glorieux !

Laser. Les policiers et autres gardes sont toujours armés de sabres laser. Symbole de pouvoir et d’autorité, ils s’en servent pour la circulation, mais ça leur donne quand même une touche encore assez ridicule quand ils jouent avec en attendant le chaland à l’entrée de leurs Koban, les commissariats de quartier !

MasqueMasque. Après trois mois de Japon, nous n’avons toujours pas réussi à nous y faire, mais tous les jours, nous croisons le vengeur masqué ! Contre les allergies ou pour ne pas partager ses microbes, il y a même des masques pour narines : des micro trucs à se fourrer directement dans le nez ! Quelle sera la prochaine étape d’aseptisation ?

Niaiseries. A Kyoto surtout, nous avons arpenté des magasins entiers de japoniaiseries. C’est tout mignon et rose kikoo/lol, c’est trop bien !JapoNiaiseries

Onsen. Mix entre bains publics et thermes, ils sont tous différents, chacun leur charme. C’est l’endroit où la pudeur japonaise se débride. N’oubliez pas de vous laver une bonne demie-heure assis sur votre petit tabouret ridicule avant de vous jeter dans les bulles ! (Désolé, pas de photos pour ce pararaphe, il y aurait pourtant des trucs marrants à montrer !)

Poubelle. Les rues sont propres, et il n’y a jamais de poubelle. C’est un mystère que nous n’avons pas réussi à élucider. Dans les parcs, dans les lieux publics, il faut tout garder dans ses poches, tant pis si vous les remplissez de mouchoirs sales !

Queue. Alors là, on a des leçons à prendre du Japon ! Pour prendre le train, on se met bien en file indienne sur le quai, ça, tout le monde le sait. Là où c’est très fort, c’est devant les restaurants ! Les japonais sont prêts à tout pour manger où ils veulent, quitte à s’aligner en rangs d’oignions sur 500 mètres pour un  pot de pop-corn : on n’avait jamais vu ça !

Ras des fessesRas des fesses. Encore un mystère difficile à élucider : comment font les jeunes filles pour porter des jupes aussi courtes tout en gardant ce petit air innocent de poupée ? Le mini short s’accompagne souvent de très haut talons à plateformes, de maquillage et de coiffure sophistiqués, mais bizarrement, c’est rarement sexy… Quel est leur secret ??

Salon de coiffure. Dans la campagne, quand on tombe sur un endroit un peu sympa, bien décoré et animé, ce n’est pas un bar branché mais un salon de coiffure (ou un magasin de pierres tombales, mais c’est une autre histoire…) ! Depuis des siècles, les coiffeurs arborent un tourniquet bleu-blanc-rouge comme enseigne, ça se remarque !

Taxi. Ils ne comprennent généralement pas ce qu’un vélo peut avoir à faire sur la chaussée, et ne se gênent pas pour dégainer leur porte qui s’ouvre toute seule si un client leur fait signe juste devant nous. Et en plus, il n’y a que ça dans Tokyo, alors on s’en méfie !

Taxi-Pachinko

Uniforme. Il est partout, des écolières sainte-nitouches aux artisans du bâtiment trop stylés. Le japonais a le droit de ne pas porter d’uniforme entre 17 et 23 ans à peu près, au moment de l’université, entre l’école et le boulot. Autant vous dire qu’à ce moment là, ils s’en donnent à cœur joie au niveau du style !

Uniforme d’étudiante, uniforme de boulot, et entre les deux !!

ABC1

Vélo de papaVélo 4 personnes. Dans Tokyo, en dehors des taxis fous, c’est plutôt cool de rouler à vélo. Les mamans ne s’y trompent pas (on voit rarement les papas aller chercher les enfants à l’école, mais voici en photo le contre exemple !), et on les croise souvent sur leur vélo électrique, le plus petit devant, le plus grand derrière, et le dernier dans le dos. Le vélo 4 personnes est bien étudié, avec porte bébé et paniers de partout ! Autre particularité des vélos au Japon : ils ne sont pas volés ! Attachés avec des cadenas que l’on pourrait couper avec un coupe ongle, ou juste laissés devant l’immeuble sans rien, personne ne penserait à les prendre, d’autant plus qu’ils ont tous un numéro de série, et qu’il ne vaut mieux pas se balader avec un vélo qui n’est pas enregistré à son nom… En tout cas pour nous c’est vraiment rassurant de pouvoir laisser nos vélos chargés sur le trottoir pendant qu’on visite tranquillement la ville !

Wi-Fi. Vous connaissez la chasse au trésor ? C’est rigolo quelques temps, mais à force, on s’en lasse. Pour nous, ça a été la chasse au Wi-Fi pendant tout notre séjour au Japon. A la fin, on est un peu lassé, alors on va au plus facile : le Starbucks.

Starbucks

Jambes en XX comme les jambes des filles. Peut-être que la raison de leur manque de sex-appeal est cette allure godiche qu’elles prennent, les pieds en dedans du haut de leurs talons ? Quoi qu’il en soit, on a pu remarquer une grave tendance à ne pas savoir mettre un pied devant l’autre chez les jeunes-filles. On se demande même comment elles tiennent debout  parfois !

Yeux bridés : avec l’Aipuchi, c’est fini, c’est ce que les jeunes filles utilisent pour se débrider ! Ce sont des petits scotch double face à coller au dessus de  la paupière, ce qui a pour effet de leur ouvrir les yeux… C’est tout de même moins radical que la chirurgie esthétique, largement pratiquée aussi, mais qui transforme les filles en pirates le temps de cicatriser c

Zen. Tokyo, une ville stressante ? Point du tout ! Les gens sont calmes, polis et même souriants. C’est ça être zen ?

The END !

Se limiter à 26 éléments était difficile : les gens en eux-mêmes n’ont pas grand chose à faire pour être marrant tellement ils sont différents, il suffit d’un petit cri d’étonnement « éééééééh ? » et le tour est joué. Les quartiers souvent vraiment hallucinants de Tokyo, la bouffe délirante (à laquelle on consacrera un article), et pleins d’autres détails auraient mérité d’être cités, mais bon, on garde des trucs pour notre retour !

Bonus : si vous voulez vraiment vous marrer à propos de Tokyo et du Japon, on vous conseille Florent Chavouet (lui, il sait vraiment écrire, et surtout dessiner) ! Nous sommes tombés amoureux de son bouquin Tokyo Sampo dans lequel nous nous sommes complètement retrouvés !