Category Archives: Préparation

Au milieu des pamirs, pas facile d'être discret, mais de toute façon il n'y a personne pour nous voir !

Tente Vaude Hogan XT : affaire en cours avec le SAV [Réglé !]

Comme tout notre matos, notre tente Hogan XT de chez Vaude nous suit fidèlement depuis le début de notre voyage. Par contre, un peu plus que le reste du matos, elle commence à nous faire de sérieuses infidélitésVoyons cela !

[Bearbeiten : après les avoir contacté, Vaude nous a répondu qu’ils cherchaient un kit d’arceaux pour nous le faire parvenir dans les plus brefs délais. Ils l’ont finalement trouvé, non sans quelques difficultés semble-t-il, et nous l’ont envoyé en express via UPS : environ une semaine pour la livraison à l’autre bout du monde. Nous sommes impressionnés, nous qui ne pensions pas les recevoir avant notre départ de ShanghaiBon point pour Vaude qui assume et assure donc bien les problèmes que peut rencontrer son matériel ! Ce n’est pas un simple distributeur, on peut leur faire confiance]

Continue reading

CHI_0604-1

Renouveler son visa Chinois double ou simple entrée

Encore un article sur les visas ? On s’en fout !
Sicherlich, pour la plupart d’entre vous, ce n’est pas utile, mais cela peut aider d’autres voyageurs, d’autant plus que les infos concernant la Chine sont vraiment difficiles à obtenir.

Voici donc dans ce message les informations concernant la démarche de renouvellement du visa chinois pour les français, dans une ville de province de Chine (Zhengzhou) ou à Shanghai.

Continue reading

Comment faire avec les cartes du monde entier en voyage ?


Comment procéder pour avoir les cartes détaillées de la vingtaine de pays que nous allons traverser ? Le Vieux Campeur propose bien les cartes de nombreux pays, aber es kostet ein Vermögen auf der einen Seite, et est un poids supplémentaire à transporter. De plus, elles ne sont pas si précises que cela et n’indiquent pas les petites routes si intéressantes en voyage


Unlösbares problem ?

Nous avons tenté une nouvelle solution, rendue possible grâce aux nouvelles technologies. Erfahrene Reisende oder Puristen, passez votre chemin dès à présents, car les méthodes décrites dans la suite sont plus de la geekerie utile que du pur esprit voyageur autonome indépendant.

Pour emporter avec nous les cartes vraiment détaillées des zones à traverser, nous avons acheté un simple smartphone android, comme ceux à la mode. Nous avons téléchargé à l’avance la plus grande partie des territoires nécessaires sur Google Map, et nous les visualisons ensuite grâce à une application android.

Dieses System hat viele Vorteile :

  • Kompaktheit des ganzen : nous pouvons avoir une infinité de carte que cela ne prendrait pas plus de place !
  • Gesamtpreis : Karten werden kostenlos zur Verfügung, seul le téléphone est à acheter. Les téléphones coûtent de plus moins cher que les GPS que nous souhaitions acquérir pour des raisons de sécurité.
  • Genauigkeit der Karten : avoir des cartes virtuelles permet d’avoir un niveau de détail très important. Il n’est pas envisageable de transporter des cartes au 1:25000 aus der ganzen Welt, cela prendrait un volume conséquent, mais en numérique pas de problème Nous avons ainsi pu découvrir des routes que peu de cyclo prennent, n’apparaissant pas sur leurs cartes générales
  • Localisation : des Telefons eingebaute GPS positioniert uns auf der Karte, Das ist sehr praktisch, was zu sagen.
  • Berechnung von Entfernungen : mit eine einfachen Zeichnung der Route vorgestellt, Es ist möglich, die Entfernung links weiß, zu gehen, et ce sur n’importe quel type de route ou de pistes (oder Vogel).
  • Geschichte : Punkte des Interesses einsparen (exemple : Schließung der Grenzen, Botschaften, etc…) ou les endroits où nous avons dormi, exportieren Sie sie anschließend am PC. Vous pouvez ainsi voir où nous avons dormi avec des commentaires à chaque fois.
  • Vielfalt der Karten : Permet de changer de cartes suivant le niveau de zoom : exemple, Straße aus der Ferne betrachtet 1:1000000, puis terrain avec lignes de niveau, et même images satellite au plus grand niveau de zoom, das Feld auswählen, in dem wir schlafen gehen !
  • Sichtbarkeit : das Telefon befindet sich zwischen den Beinen auf dem Liegerad, so ist sichtbar.
  • Im Falle einer Änderung der Pläne : exemple, on décide au dernier moment de passer par l’Irak : Kein Problem, en une petite heure depuis l’hôtel, Der Irak Downloadbereich, und dann… Es ist gut ! Oder sogar, Es wird erwartet, pass 5 Tage in Duschanbe : téléchargement de la carte de la ville au plus haut niveau de zoom avant d’y arriver : pas de problème pour se repérer !
  • Höhenmesser : le signal GPS donne une indication très précise de l’altitude, et n’a pas la fâcheuse habitude de se prendre pour un baromètre en changeant l’altitude à l’approche d’un orage
  • Leistung-Aufnahme : während der Überfahrt pass, ou d’une chaîne de montagne, il peut être intéressant d’enregistrer les positions, die Geschwindigkeit und Höhe Unterschied gemacht, pour être encore plus fier d’avoir réussi une telle prouesse !

Die Liste ist wahrscheinlich nicht vollständig, aber ist schon besetzt ! Gehen wir zu den Nachteilen :

  • Übersicht : la petitesse de l’écran ne permet pas d’avoir une vue globale, und wenn wir es bekommen kann, indem Sie die Zoomstufe ändern, cela est tout de même plus difficile à interprêter qu’avec une vraie carte d’1x1m
  • Skala : In ähnlicher Weise, l’échelle de la carte affichée à l’écran étant souvent différente lorsque l’on roule, on ne sait jamais vraiment facilement combien de kilomètre il peut rester avant le prochain tournant : Bitte schauen Sie auf der Skala zuerst !
  • Einzigartigkeit des Telefons : im Falle des Verlustes, Fall, Problem am Telefon oder, die Karten verschwinden mit… Oops ! Wir die Daumen, das es uns nicht passieren !
  • Autonomie : das Telefon wird ein elektrisches Gerät, il peut se trouver en panne de batterie. Dans ce cas, die meisten Karten entweder. En s’organisant bien, cela arrive rès peu souvent (weniger als 5 Zeit auf 8 Monate für uns Großhandel), aber es ist immer noch ein Risiko.
  • Dynamo : le téléphone était jusqu’à présent tout le temps branché sur la dynamo, Wer ständig verantwortlich. La batterie de l’appareil n’a a priori pourtant pas apprécié les cycles décousus de chargement, und es ist jetzt sehr lange zum Laden… Prévoir une batterie de rechange pour un voyage de plus d’un an !
  • Usability : pas possible de se retrouver à discuter autour de la carte posée sur la table avec des locaux : ceux-ci ne comprenant pas trop le fonctionnement de ce petit appareil, la carte n’a pas le même effet convivial qu’une bonne vieille carte gondolée !

Eine weitere Liste der Vorteile ist die Tatsache, dass zusätzlich zu GPS, le téléphone fait aussi office de téléphone (et oui !), mais aussi d’inclinomètre, Kompass, Mini-Spiele-Konsole (pour les longues heures aux toilettes 😉 d’appareil photo d’appoint, de réveil si nécessaire, de calculatrice pour ne pas se faire entuber avec les taux de change, Wörterbücher, Taschenlampe, Skype Telefon, etc…

Pour ceux qui sont intéressé, je mettrai bientôt les détails du téléchargement des cartes et de leur utilisation sur le GPS.

velocouche2

[Maj] Bilan des vélos couchés !

L’article ci-dessous est un peu moins à jour que celui du site.
Nous vous invitons donc à suivre le lien ci-dessus pour les dernières infos !

Bilan après 8 Monate und 10 000 km

Et bien nous en sommes toujours très contents, et malgré toutes les rumeurs que nous avons pu entendre à leur sujet (montée difficile, dur à piloter), nos vélos couchés se sont révélés à la hauteur voir beaucoup mieux que ce que nous imaginions.

Points positifs du vélo couché

  • Le confort absolu

Sur nos sièges baquets recouverts d’une épaisse mousse (nous en reparlerons), avec nos appui tête, et grâce à la position allongée, nous n’avons souffert d’aucun mal pourtant chronique chez le cyclo-randonneur : mal au fesse, mal de dos, problèmes aux poignets, à la nuque, etc. Notre poids étant réparti sur une surface beaucoup plus étendue qu’une simple selle, il n’y a pas de point de pression sur notre corps (et surtout pas au niveau de l’entre jambe, ce qui rend stérile paraît-il…). Nous n’avons du coup pas besoin de porter des affaires spécifiques au vélo (ex : cuissards, gants). La suspension arrière est aussi un grand plus pour le confort, sans affecter l’efficacité (voir ci-dessous)

  • Efficacité accrue
De part notre position, nous sommes beaucoup plus aérodynamique qu’un vélo droit. Nous n’en profitons pas pour aller beaucoup plus vite, mais cela nous fatigue moins d’aller à une vitesse raisonnable. La différence est flagrante en descente, où nous prenons de la vitesse très rapidement, ce qui nous permet de remonter plus haut dans la côte d’en face, et donc de moins nous fatiguer encore une fois.
Sur le plat, nous roulons sans trop d’effort à 25km/h, et sommes, d’après ceux qui ont roulé avec nous, un peu difficile à suivre.
Dans les montées, il n’y a pas de différences notables entre le vélo droit et le vélo couché, car chargés ceux-ci ne bénéficient pas de l’avantage de pouvoir se mettre en danseuse.

  • Sécurité

Contrairement au vélo droit, aucun membre du corps ne peut se retrouver coincé en cas de chute. En étant au dessus du vélo, si nous tombons alors nous sommes hors du vélo, et n’avons pas les jambes coincées entre le sol et le cadre. Cela aurait été catastrophique pour Eglantine lors de l’accident en Italie. Aucune des chutes que nous avons faites n’a été vraiment violentes, car :

  1. les sacoches touchent en premier et amortissent la chute
  2. une fois les sacoches par terre seulement, nous tombons du vélo : nous sommes alors qu’à une dizaine de centimètre du sol
  3. nous tombons en position assise : les pied et les fesses touchent le sol en premier, tandis que vélo est déjà arrêté par le frottement des sacoches.

Seul cas de figure un peu plus problématique : si les pied restent accrochés aux pédales : c’est alors le poignet qui prend la chute, et là ça fait un peu plus mal ! Schließlich, sans comparaison avec la même chute pied accrochés sur un vélo droit, là le bras cassé est probable (et même sans les pédales auto, hein Nicolas ? ;-)!

Le reproche commun de la faible hauteur du vélo couché n’est pas pertinent : cela ne serait valable qu’en se trouvant dans l’angle mort d’une voiture tournant, ce qui est aussi dangereux en vélo droit. Cela impacte par contre le confort : il est moins facile de voir par dessus les voitures comme en vélo droit.

Sur la route, les voitures arrivant de derrière s’écartent a priori plus facilement qu’avec un vélo droit, ne sachant pas vraiment à quoi elles ont affaire : c’est un avantage non négligeable ! On ne sait pas si elles klaxonnent plus par contre, ce serait intéressant de comparer !

Du point de vue sécurité passive, le vélo couché est un avantage (jusqu’à preuve du contraire) : que ferait un voleur d’un vélo couché ? A qui le revendre ? Comment être discret avec un engin si peu commun ? Un coup de peinture ne suffit pas à l’anonymiser ! Le vol à la tire est peu probable non plus, à part par un spécialiste du vélo couché chargé, ce qui ne peut-être qu’une farce d’un autre voyageur.
Le vélo couché est donc anti-vol par nature, mais nous ne jouons pas avec le diable et les accrochons la nuit tout de même !

  • Suspension arrière
Comme nous l’avons vu, le vélo couché tire en partie son confort de la suspension arrière. L’utilisation d’une suspension arrière est rendue possible et intéressante du fait de la position couchée encore une fois : l’effort de pédalage étant sur l’axe horizontal, et non vertical comme sur les vélos droits, il n’interfère pas dans le fonctionnement de la suspension : la suspension ne “pompe” pas, c’est à dire que l’énergie de pédalage n’est pas dissipée par le ressort, contrairement à un vélo droit.
Outre le confort, la suspension apporte d’autres avantages : le chargement du vélo, solidaire du cadre et non du bras oscillant tenant la roue, ne “subit” pas les aspérités du terrain. Seule la roue arrière se déplace en cas de choc, l’amortisseur absorbant une partie de l’énergie tout en lissant ce qui est transmis au reste du vélo, ce qui réduit considérablement les contraintes sur la jante, le moyeux, les ports bagages et les sacoches entre-autre. Le matériel transporté (ainsi que le voyageur !) est donc protégé des vibrations, et ne subit que des mouvements amples en cas de gros choc. Pour l’appareil photo reflex et les optiques un peu fragiles, cela n’est pas anodin !

Cela augmente aussi la différence entre vélo droit et vélo couché sur une descente pas très régulière : les vélos couchés suspendus peuvent ne pas trop se soucier des aspérités de la route à haute vitesse, alors que cela peut se révéler dangereux pour les vélos droits (chute, ou bris de moyeu, décrochage ou rupture des sacoches, etc.)

  • Mousses de siège
Les mousses qui recouvrent les sièges baquets sont formés d’une sorte de treillis de fils de plastique, ce qui les rend moelleux comme de la mousse sans se remplir d’eau à chaque pluie : il suffit de taper dessus une fois pour faire sortir l’eau qu’ils contiennent ! Nous les utilisons à chaque pause déjeuner et le soir comme siège d’appoint à poser par terre : cela remplace efficacement une toile (pas confortable) ou un petit coussin supplémentaire (à transporter en plus…). Cela paraît un faible avantage, mais imaginez que nous nous asseyons par terre dans des endroits extérieurs (herbe mouillée, sable, fourmilière) au moins 4 fois par jour ! C’est un peu nos fauteuils portables !
Un inconvénient que l’on peut y voir c’est que comme ils sont décrochables, si on les oublie sur le vélo en ville par exemple, on peut se les faire piquer, et là c’est très gênant…

  • Sacoches

Les sacoches sont au nombre de deux, plus le sac à dos par dessus, ce qui fait que nous pouvons nous déplacer avec toutes nos affaires sans faire d’aller retour, comme avec les 6 sacs d’un vélo droit… Encore une petite chose, qui ajoutée aux autres, fait que l’on aime bien nos montures.
Le fait que tout le poids soit sur l’arrière ne nous a jamais posé problème, que ce soit en montée, dans le sable ou autre. Cela peut paraître plus malin d’équilibrer le vélo, mais bon vu que cela ne pose pas de problème, pas de problème alors ! Cela garde de plus la direction légère, et permet que tout soit suspendu avec l’amortisseur.
Les sacoches sont par ailleurs un peu plus hautes que sur un vélo droit, les empêchant de toucher des cailloux sur les bords ou de plonger dans l’eau lors d’une traversée un peu profonde.

  • Maniabilité

Pour faire écho à ce que je viens de dire, un petit point sur la maniabilité. Je le met en dernier car je ne sais pas si c’est une caractéristique du vélo couché, mais la manœuvrabilité du vélo chargé dans les pistes de sable est excellente à mon goût. Quelques techniques sont à connaître, mais une fois maîtrisées cela devient presque amusant de rouler dans du sable fin (amusant mais pas reposant). Il semble en effet très difficile de tomber avec le vélo tant qu’on pédale, celui se redressant tout le temps en contre-braquant. Il faut juste forcer très fort sur les pédales pour garder de la vitesse et tenter d’aller le plus droit possible et ensuite, plus de problème. Qu’en est-il en vélo droit pour les connaisseurs ?

Du côté des inconvénients, il y en a quand même un peu :

  • Ne pas avoir peur de passer pour un martien

Le phénomène de curiosité de la population est rencontré par tous les voyageurs, mais semble exacerbé par la présence du vélo couché : le sujet de conversation tourne du coup plus souvent autour du vélo que du but du voyage, il faut s’y faire…
Il est impossible même d’espérer passer inaperçu en ville avec le vélo déchargé pour la visiter incognito, au contraire d’un vélo droit…

  • Prix et disponibilité

Pour un équipement similaire, le vélo couché est légèrement plus cher que son homologue droit, d’environ 30% de plus. Cela s’explique très bien par la rareté de l’objet, fabriqué en petite série et sur commande

  • Stabilité à l’arrêt

Nous avons fait le choix de prendre deux roues de 26 pouces pour être conforme aux standards internationaux, mais cela à un impact gênant sur le vélo : le pédalier se retrouve assez haut, et lors d’arrêts d’urgence, l’équilibre est un peu précaire, et il n’est pas rare de devoir sauter du vélo tombant. Nous sommes à la limite de la taille recommandée pour ce vélo (nous avons même du faire quelques modifs sur les vélos pour qu’ils soient plus adaptés à nos petites tailles…), cela doit être moins problématique pour les personnes plus grandes.

  • Manipulation du vélo à pied

Lorsqu’il faut pousser le vélo, nous sommes un peu pliés pour attraper le guidon qui est en position basse dans le modèle de vélo couché que nous avons choisi. A force d’entraînement, on trouve un moyen de pousser le vélo par le dossier, mais du coup, ce n’est pas très stable. Cet inconvénient est moins important en montée, puisque du coup, le guidon est plus haut !

Voilà pour ce (grand) bilan, qui je l’espère répondra aux interrogations de certains au sujet des vélos, et changera l’idée préconçue répandue principalement par un couple de voyageurs nous précédant😉

TUR_9350

Ca roule !

Nous avons franchi les 6 000 “kilcomme diraient nos amis helvètes !


La traditionnelle photo des multiples de 1000

Puis surtout, nous sommes arrivés à Antalya, genre d’étape clef de notre voyage parce qu’après, on ne sait pas trop où on va

Club Med Antalya


Nous avons des contraintes : validité du tampon turque de 3 mois, passage par Trabzon pour faire les visas pour l’Iran, et climat froid dans le centre et l’est du pays entre autre.

Et puis nous avons des envies : prendre le temps de se balader en Cappadoce, rouler au maximum et éviter les complications pratiques liées aux transports en commun.

Du coup, entre toutes les alternatives qui se présentaient, nous avons opté pour la suivante : nous allons sortir d’Antalya pour aller faire du camion stop direction la Cappadoce. Là-bas, nous retrouverons Valéryne et Luc pour quelques jours de balades. Ensuite, selon le climat, nous reprendrons la route et nous nous arrêterons en route pour faire un aller-retour en bus jusqu’à Trabzon quelques jours en laissant nos vélos quelque part. Et une fois les visas iraniens en poche, on peut poursuivre à vélo.