Jante Mavic fendue sur la bande de freinage : cales de bois en place

Jante fendue au milieu de la jungle = réparation avec les moyens du bord ! [Maj après 1200km]

Vous vous souvenez que j’évoquais un peu plus tôt un petit soucis de jante, un peu problématique car impossible à réparer ?
Comme nous n’avons pas pu trouver de nouvelle jante dans la dernière ville de Chine, et que le problème empirait à chaque tour de roue, il a fallu trouver une solution…

Tout d’abord une petite description du problème : à force de subir le frottement des freins, les flancs de la jante se sont usés au point que la pression exercée par le pneu sur celle-ci l’a fait céder… Un bonne fissure est apparue, d’environ 5 cm de long lorsque je l’ai remarquée pour la première fois… Un photo parle plus qu’un long discours :

Jante Mavic fendue sur la bande de freinage

Après m’être creusé la tête un petit moment, je me réveille le lendemain matin avec une idée : et si je plaçais un rayon, que nous avons en rab, à l’intérieur de la jante, pour tenter de renforcer la jante ? Cela répartira les efforts sur une surface plus importante, évitant ainsi que la fissure se propage ! Je tords donc un rayon pour lui faire prendre la courbure de la jante (pas aussi facile que ça en a l’air !), puis je le scotch à l’intérieur de la jante, comme ceci :Jante Mavic fendue sur la bande de freinage : réparation avec un rayon

 

Cela semble bien, je place le pneu et gonfle : rien ne bouge. Parfait !

Au bout de quelques centaines de mètres, je me rend compte que la situation a un peu empiré… Et effectivement, ma réparation a été néfaste pour la jante : au lieu de la renforcer, elle a induit un effort plus important sur celle-ci ! Je retire donc le rayon, et cherche une autre idée… La fissure fait une bonne dizaine de centimètres à présent…

Jante Mavic fendue sur la bande de freinage : en pression

Après une nouvelle réflexion, une nouvelle idée me vient, je l’espère plus lumineuse. La seule manière de renforcer la jante est par l’extérieur, en venant en étau autour de la partie endommagée. Mais comment mettre en œuvre cela ?
J’imagine une petite pièce usinée en alu, aux côtes exactes… malheureusement, pas de machine outil à proximité ! Il faut donc utiliser les matériaux disponible :

  • Pâte durcissante que nous avons à disposition ? D’après nos expériences, pas assez solide.
  • Plastique ? Difficile à mettre en forme.
  • Métal ? Seulement si l’on trouve par le plus grand des hasard la pièce idéale… Pourquoi pas, je scrute les bas côtés !
  • Verre ? Euh, non.
  • Bois ? Ah ! Y’a de l’idée ! Sauf que le bois ici est de très mauvaise qualité. Il y a bien le bambou, dont les propriétés en font théoriquement un des matériaux les plus solides, relativement à sa masse. Mais sa forme ne répond trop au besoin…

Jante Mavic fendue sur la bande de freinage : usinage d'un étau en bois au LeathermanAprès avoir passé la matinée à regarder le bord de la route à la recherche de l’objet idéal, je tombe sur un morceau de bois qui a l’air bien costaud. Il provient probablement d’un chute d’une des tables à thé. L’après midi s’est passée à scier au Leatherman (note multi-outil adoré !) le morceaux de bois afin d’obtenir deux pièces venant s’enclencher autour de la jante. En gonflant le pneu, la partie fissurée de la jante tente de s’écarter, ce qui maintient les pièces en place ! Habile !
Cela nécessite par contre de sacrifier le frein avant, pourtant si utile avec le relief de la région… Pour compenser, le frein arrière a le droit à une remise à neuf : nouveaux patins, nouveau câble et nouvelle gaine !

Afin d’empêcher que les cales, si elles venaient à tomber, ne se bloquent dans les rayons et provoquent la destruction de la roue (et de moi avec !), elles sont entourées de scotch.

Jante Mavic fendue sur la bande de freinage : cales de bois en place

Espérons que cela tienne jusqu’au prochain magasin de vélo !

[Mise à jour !]

Nous avons déjà parcouru 650km depuis la réparation et… ça tient encore ! Ouf ! Par contre il reste encore 850km à parcourir avant que l’on reçoive notre nouvelle jante, au sud du Laos, et là ça se corse ! Il y a en effet une nouvelle fissure qui est apparue après un choc assez violent sur une route en construction, et je n’ai pas encore de nouvelle cale pour éviter qu’elle ne se propage à sont tour.

J’ai trouvé un morceau de bambou un peu particulier, car entièrement plein, et je vais tenter de le tailler pour l’utiliser, on ne sait jamais !

[2e mise à jour, après 1200km !]

La deuxième fissure s’est propagée au point que le pneu présentait une bosse très gênante en roulant : j’ai donc pris mon courage à deux mains pour découper les morceaux de bambous malgré la chaleur accablante du Laos, qui rendait tout effort de ce type très pénible…

L’usinage des cales en bambou n’a pas été, heureusement, aussi dur que les dernières pièces de bois : beaucoup moins de traits de coupe étaient à réaliser, grâce à la forme du bambou, et en plus il est plus facile à couper dans ce sens de fibre.

Je me suis donc retrouvé avec quatre cales sur ma jante, qui étonnait toujours plus les passants ! Au moins, cela nous a permis de tenir jusqu’à ce qu’on nous apporte une nouvelle jante : 1200km, ce n’est tout de même pas rien !

J’aurai été tenté de continuer le voyage avec cette jante, mais une autre nous attendait bien sagement en France, donc bon… mais en tout cas, cela prouve bien que les réparations, même dans des cas « désespérés », sont envisageables, même dans notre monde du tout beau tout neuf !

 

5 réflexions au sujet de « Jante fendue au milieu de la jungle = réparation avec les moyens du bord ! [Maj après 1200km] »

  1. Seb

    Ingénieur arts et métiers?
    Je me rappelle qu’un prof nous avait dit que si tu perces un trou à chaque extrémité de la fissure, ca ralentit sa propagation… maintenant faut avoir le cran de le faire pour de vrai 😉 Mais il parait qu’il le font sur les carlingues des avions… je crois que je vais prendre le bus moi maintenant

  2. les Cyclorêveurs

    Et oui, j’y avais pensé mais n’avais pas les moyens de le faire : milieu de la jungle = pas de perceuse !

    Par contre, j’ai suivi les conseils tirés des cours de bois pour les cales : utilisation de la fibre dans le bon sens, limage des angles pour limiter les amorces de rupture, et ça a marché ! Comme quoi ça peut vraiment servir dans toutes les situations ces cours ! Par contre je t’avoue que je n’ai pas fait de calculs de RDM, j’ai dimensionné au plus large !

  3. Olivier B

    Marrant (façon de parler) pour la tente on avait eu les mêmes problèmes que vous… et pour la jante aussi :
    http://www.lamigration.com/contenu_recit/30__espagne3__Espagne_le_come-back/photos/P1160933.jpg

    Si ça peut te rassurer, pour notre part la fissure faisait tout le tour de la roue et ça roulait toujours.
    Après démontage total (lors du remplacement) on a pu constater que comme c’est du double paroi il y a une des 2 parois qui n’est pas fissurée, donc la jante n’est pas « si » HS que ça. Il faut trouver l’équilibre (ne pas gonfler comme un barbare) pour limiter l’effort de pression latérale (pour pas que le pneu sorte) mais il y a quand même de la marge avant avant que la jante se pète vraiment.

    Tu peux tenter la colle epoxy (bi-composants) (si t’en trouves et que ça sèche dans vos contrées) + éventuellement renforcement en fibre de verre (on trouve généralement la toile en vente pas loin de la colle epoxy… en tout cas dans un Casto européen :-) A défaut pourquoi pas de la gaze de coton (compresse/pansement).

    En tout cas bon courage, j’imagine que vu la date du billet (j’ai du retard de lecture) le remplacement ne doit pas être loin…

  4. les Cyclorêveurs

    Salut Olivier !

    Effectivement, à première vue, le problème semble le même, mais il y a une légère différence entre nos deux problèmes : la fissure sur ta jante est située plus bas, du coup entre les deux parois de la jante (parois qui sont à l’horizontale et non à la verticale), ce qui fait que le pneu ne « force » pas autant dessus. Dans notre cas, la fissure était au dessus des parois internes de la jante, du coup le pneu faisait une bosse énorme qui passait tout juste dans la fourche !

    Enfin bref, sans produits magiques, la seule solution dans la jungle était la cale extérieur en bois, et ça a bien marché ! Ouf !

Les commentaires sont fermés.