Category Archives: France

DSC_0641

Llegamos !

Bueno, tuvo que suceder un día ! La aventura móvil terminó ayer, con nuestra llegada ante el Comité de bienvenida nos espera en el Sena.

Últimas vueltas

Se nos pide “entonces, Cómo se siente ?”, y nosotros estamos pegados, porque de verdad, Tenemos la impresión de ser dos semanas desaparecidos.

A primera vista, nada ha cambiado, Ni unos ni otros usted, Ni nosotros (“Oh el pequeño gato…”). El Sena todavía fluye bajo los puentes de París, los parisinos son siempre también complicaciones y salir en los primeros rayos del sol, el sol es siempre voluble y el tiempo sigue siendo el principal tema de conversación con gastronomía, Gastronomía en Francia y también siempre nos deleitan tanto, Aunque no hay nada como un buen plato de pasta para mantener la forma y la forma es siempre mucho más espacio que el fondo. Au fond, Regresamos a la casa, como si no hubiéramos dejado tanto tiempo !

Sí, pero la gente ! Sí, pour ça, Nos entusiasma aún más. Podemos hacer frente a la mirada de la gente que pensamos que todo el viaje, Esta mirada que dice mucho más que un correo electrónico o un blog. Podemos exprimir algunos patas, Beso, risa, meditar, Creo que, no decir nada y entender todo.

El viaje es un regenerador de sentido. Si inhibe pueden ser expresiones de las emociones, Probablemente exacerba la sensibilidad. Entonces no, sin lágrimas de emociones a la llegada, no cualquiera de “Lo logramos !“, Ninguno de los “Se acabó !”. Continuamos nuestro camino, Estamos serenos, Dejamos sin objetivos definidos y hemos logrado mucho más !

Tal vez hemos no todavía aterrizamos. Esperamos poder ser de algunas realidades voluminosos de la vida como : la CAF, el CPAM, el RSA, el IR, al RER y otras siglas (Yo no estoy muy bien revisado, entonces no hay…) y siempre flotar un poco !

Las motos pasar en paro técnico, aprovechan la oportunidad para hacer un mantenimiento real por una vez…

Y para aquellos que deseen toman el aire con nosotros en un futuro cercano, Pronto estaremos en Alsacia ! Se lanza la invitación !

2011-11-03_07-03-48_749

Informe provisional sobre los tipos de hospitalidad !

Attention, largo artículo y puede ser un poco más difícil de leer que otros ! Permitir un poco de tiempo llegar al final…
Dos meses desde que nos dejó… o solamente ? Tenemos la impresión de haber pasado por el mundo, Mientras estamos todavía en Europa !
La unidad de los países de Europa es una gran pregunta de los medios de comunicación ahora, con la actual crisis y la preparación. A través de los países europeos poco parece bastante homogéneo (proporcionalmente) desde el punto de vista de estilo de vida, Si se compara a la Albania por ejemplo. Sin embargo, es un punto que difiere bastante de un país a otro, Este es el tipo de hospitalidad que conoce.
Desde nuestro punto de vista a la tierra, lejos de cualquier análisis histórico o etnológico que Naciones cruzadas, Aquí es una revisión de lo que hemos visto. Somos conscientes que no podemos generalizar todos los hechos a toda la población, pero que hacemos con lo que tenemos !

Tout d’abord, Este es el método General que seguimos para encontrar donde dormir :


Hasta que cae la noche, Estamos buscando una casa con un jardín para un lugar pequeño para nuestra tienda. No apuntamos una casa específica, toda la casa es elegible ! Nous avons remarqué qu’il est plus facile tout de même de demander lorsque les propriétaires sont dehors et nous voient arriver, au moins nous voyons si nous ne dérangeons pas les gens au milieu de quelque chose ! Si personne ne se trouve dehors, nous sonnons à la porte ou à l’interphone pour faire notre petit speech.

Commençons par la France, notre pays natal, où nous avons passé vingt jours. C’était en quelque sorte la mise en jambe du voyage, la préparation en douceur à ce qui nous attendrait. Nous y avons été globalement bien, voire très bien accueillis, ce qui nous a permis de faire des rencontres très enrichissantes. Sabemos que muchos de nuestros clientes para una noche todavía seguir nuestras aventuras en el blog, y todavía estamos en correspondencia con algunos. Tú que lees estas líneas, Si usted nos da la bienvenida, Gracias mil veces, y se le reconocerá probablemente en las siguientes descripciones !

En Francia, ninguna lengua para explicar nuestro problema de viaje, Contamos con todo el vocabulario necesario para responder a las preguntas planteadas por un viaje de este tipo. Mayoría de las veces, Vimos una reserva cuando formulamos nuestra petición : la práctica de un desconocido plantar su tienda en su jardín no es generalizada, y probablemente es la primera vez que alguien pide esto. Por lo que, Después de la petición explícita, un tiempo más o menos largo (1 à 10 segundos) reflexión del potencial huésped. Este tiempo es relativamente corto, pero parece que duraría para siempre, porque en este blanco se mudó un gen, que estúpido esperar, y en el potencial de acogida, que pesa inconscientemente y contra según cálculos de expertos que el cerebro tiene el secreto. Parfois, Tenemos el derecho directamente a un “pas de problème, ¡Venga y vea donde usted quiere instalar !”. Sin embargo, esta espontaneidad ha sido bastante raro, porque a menudo, Se nos pidió más información antes de tener una respuesta. Una diferencia observada en Francia es la velocidad con la que se obtuvo esta confianza del anfitrión. Confianza ciega desde el principio al que se obtiene después de la noche, que el Consejo, a través de poco a poco ganó confianza, Hemos visto muchos casos ! Esto es siempre no presagia ninguna hospitalidad ofrecida después de eso, porque una vez esta confianza, Hemos convertido en algo más que extranjeros y son muy bien recibidos, cena, Desayuno y cama a veces !
En promedio, En Francia pedimos a tres casas antes de que nos encontramos nuestra felicidad. Las denegaciones no fueron Legión, las casas eran a menudo simplemente vacías. Entre el rechazo, y algunos a casa demasiado pronto, Sentíamos la desconfianza. El miedo del otro es sensible, Tuvimos varias veces las reflexiones del tipo “no eres el tipo que de la garganta por la noche, EH ?”. Nos preguntamos cómo la gente puede tener este tipo de pensamiento en pequeños pueblos de campaña… TF1 noticias acerca de la [chicos malos] jóvenes en los suburbios ? Mala serie B ?
En tout cas, la expresión de la denegación fue bastante cordial, de la clase “Esto no es posible debido a la gran madre patati patata”, “lo siento pero esto no es casero”, y así sucesivamente. Los franceses son buenos en excusas, por el contrario de los italianos como vamos a ver !

Finalmente, no catastrophize, Realmente no podemos quejarnos acerca de su acogida en nuestro querido país, a tal punto que pensé en algún momento : “Cuenta con la hospitalidad turca, pero el francés no es malo !”. Queda por ver si esto es cierto si estos no son la que buscan hospitalidad francesa, o si tienen no las cabezas de Ángel como ;-).

La Italia fue un hervidor de agua de peces : ya, la explicación de por qué y cómo de nuestro viaje fue un poco más difícil, A pesar del italiano casi perfecto de Eglantine ! De plus, las casas italianas son a menudo cerradas con rejillas grandes, y un sistema de intercomunicación, como en Francia en edificios. Todos hemos escuchado una obra con un sistema de intercomunicación que no funciona bien, Así que imagínate nosotros a Jabber en italiano a individuos receptivos poco… Los italianos son, en efecto, poco usado en la hospitalidad, y tuvimos la negativa más sorprendente. Algunas personas, al escuchar al tema de nuestra aplicación, Mumble sólo un “non” en su barba da vuelta para el hogar y nos cierre la puerta en la nariz… En el interfono, mismo patrón de, salvo que simplemente les cuelguen el auricular… Todas las personas que no eran tan poco abierto. Alguna otra estrategia fue buscar otros lugares donde nos podíamos dormir : camping 20 km, Parque Municipal, lado de la carretera, campo de fútbol, Tenemos a un montón de cosas… excepto su jardín, Lo que era todavía más simple, Claro que no ! Nos quedamos con ellos, buscando soluciones hipotéticas durante varios minutos, que reducen nuestras posibilidades de encontrar otro refugio antes de la noche. Ensuite, Después de una avalancha de denegación, A veces terminamos refugio nos en una ubicación remota (campo o al final de la playa) en la noche oscura…
Así que se revisaron los criterios para seleccionar las casas, más restrictiva : preferencia a los portales ya abierto en Francia, Aquí debe estar lejos de cualquier ciudad y sin casas Portal en todos… Esto evita al mismo tiempo que un perro de la casa, como a menudo. Nous avons ainsi pu trouver des gens très sympa, nous proposant par exemple une petite cabane de jardin et nous y apportant lumière et dessert, ou encore quelques fruits. La différence de mentalité entre agglomération (nous n’essayions pas au cœur même des villes, les maisons n’ayant pas de jardin) et campagne est notable : est-ce justifié par des raisons réelles (vols, violences, insécurité dans les quartiers résidentiels), ou est-ce seulement un état d’esprit un peu renfermé qui se construit dans ces quartiers ? Nous ne savons et saurons probablement pas
Pour résumer, en Italie il est possible de trouver des jardins ou planter sa tente, mais il faut bien choisir l’environnement des maisons pour éviter Limpie bastante rechazo a los italianos en siete generaciones !

Luego vienen los croatas. Là, Realmente no podemos hacer una comparación con los países anteriores, porque pasa casi exclusivamente en un montón de lado ultra touristique “Zimmer” y otros “Contrate”, con casas sin jardín, la montaña cae más a menudo directamente en el mar, nuestro enfoque, por tanto, ha tenido que evolucionar. Finalmente, Teníamos mucho tiempo para perfeccionar la técnica, Que improvisaciones cada noche… La primera noche por ejemplo, paramos para comprar pan para la cena/desayuno cuando nos atracan en francés. Sobre la discusión, Decimos que estamos buscando un lugar para plantar nuestra tienda, En cualquier lugar. Resultado, Terminamos en el mismo edificio como nuestros huéspedes, con un apartamento con dormitorio y ducha todo a nosotros mismos ! En esto sentó las bases para un nuevo método : el uso de solidaridad nacional ! Nuestros anfitriones de hecho habían trabajado en Francia antes de regresar a su país natal para la jubilación. La otra noche en la costa, tanto en Croacia como en la Monténégro, así que fueron compartidos por compatriotas entre camping e invitaciones (término, que en este caso incluye a cualquier persona que tenga más en común con nosotros que la mayoría de la población del país).

Ensuite, la Albania. Este punto ya ha sido objeto de un artículo entero, alors je vais faire court. Dans ce pays, pas de problème de proximité de camping, ou de surabondance de possibilité de logement : nous n’avons croisé qu’un nombre très restreint d’hôtels, et ce seulement dans la partie proche de la Grèce. Ailleurs, rien, nada, être un touriste n’est tout simplement pas prévu (enfin y-a-t-il des choses prévues d’ailleurs ? C’est un autre sujet). Nous avons donc appliqué plus ou moins notre méthode de France et d’Italie, mais en langue des signes cette fois. Pas facile, surtout quand pour la personne en face il s’agit de la première fois qu’un étranger tente de lui parlerCela a donné des scènes cocasses, se soldant par un repli stratégique de notre part, voyant que nous n’arriverions pas à nous faire comprendre. La première nuit, après une tentative infructueuse, nous avons cherché de nouveaux critères pouvant faciliter la démarche. En voyant une parabole sur une des maisons, c’est le déclic : “Avec un peu de chance, ils ont une parabole pour capter des chaînes d’autres pays, et donc ils doivent parler une autre langue, bingo !”. Nous avons donc tenté la maison en question : pas de chance, pas d’autres langues parlées ni par la mère ni par le père. Nous parvenons tout de même à nous faire comprendre : nos mimes ont été efficaces ! Cependant, ils ne veulent pas que nous plantions la tente : ce n’est semble-t-il pas une pratique répandue en Albanie, le père rigole, sans doute en nous imaginant comme des cons dehors sous la tente avec le froid qu’il fait. Nous ne savons pas quoi faire à ce moment là. Cela semble être un refus, mais un refus en rigolant. C’est bien la première fois que ça nous arrive !
En fait, ce n’était pas un refus, mais nous ne comprenions pas à notre tour ce qu’ils nous expliquaient : que nous étions leurs invités et que nous dormirions chez eux, après avoir bien sûr regardé la télé (TV5 Monde, Question pour un champion !) et partagé un dîné !
Le même schéma s’est reproduit chaque soir à quelques différences près. Une fois, après avoir défini d’un endroit ou planter la tente avec un homme, nous commencions à la planter comme prévu, quand nous entendons la femme passer un savon à son mari, pour venir ensuite nous chercher pour que nous entrions chez euxUne autre fois, la maison était tellement petite (deux petites pièces dont une seule chauffée pour une famille de quatre personnes) qu’après le repas, une fois seulement la nuit bien tombée, nous avons installé la tente sous la maison. Les autres fois, nous dormions dans une des pièces libres (et sans chauffage bien sûr) de la maison.
Les points compliqués en Albanie étaient d’expliquer notre demande tout d’abord, et ensuite d’attendre la réponse du seul maître à bord, le père de famille. Sans lui, pas de réponse possible (même si on sait qu’elle sera de toute façon positive !).
La mentalité est assez incroyable, et cela tient sûrement du fait que nous soyons étrangers dans un pays qui a été hermétiquement fermé pendant cinquante ans jusqu’à 1990Quelle serait leur réponse pour un couple albanais commençant un voyage, comme ce fut le cas pour nous en France ? Lui réserveraient-il un si bon accueil ? Jusqu’où va l’hospitalité albanaise ? Encore un point qu’il est difficile d’éclaircir.
En tout cas, pour nous, cela a été une expérience fabuleuse : voir quelqu’un s’approcher vers vous, vous serrer la main et vous inviter chez lui avant même d’entendre une quelconque demande n’est pas courant. En Francia, il faut d’abord demander l’hospitalité avant de la recevoir, cela nous paraît logique. Dans d’autres pays, l’hospitalité vient en premier : c’est une autre logique !

En parlant de logique, nous en avons vu une encore différente en Grèce. Sortant d’Albanie, nous savions que cela allait être à nouveau un peu plus difficile de trouver un endroit ou dormir. Nous avons appliqué les critères définis précédemment : maison avec jardin, plutôt dans la campagne, sans chien, et de préférence avec une personne dehors nous voyant arriver. En Grèce non plus, nous ne partageons souvent aucune langue commune, mais nous sommes devenus à présent experts pour mimer ! Le premier soir, après une première série de refus, nous demandons à des gens qui nous comprennent assez vite. Ils nous proposent d’aller plus loin, sans doute un camping, puis voyant que nous ne voulions pas, nous proposent le terrain vague devant les maisons, qui grouille de chiens errants. Eglantine parvient à mimer un chien méchant nous mordant, ce qui fait rire les gens, qui nous proposent finalement, presque à contre cœur, d’aller dans le jardin d’une maison vide qui leur appartient. Sauvés ! On a eu un peu l’impression de leur forcer la main tout de même. Cela étant, une fois ceblocage” (nous y reviendrons) dépassé, nous avons le droit à un panini chacun, puis à une invitation à dîner, avec tomates, œufs, feta, pain etc.
Sans l’analyser au premier abord, nous avons dès le premier soir trouvé les caractéristiques de l’hospitalité grecque. Après quelques jours passés dans le pays, nous pensons avoir compris comment cela se passe :
Les grecs sont hospitaliers, pas de problème : des sourires généreux, des gens sympathiques, qui nous proposent toutes sortes de choses à manger en pleine rue. Même des policiers, qui barraient la route que l’on devait emprunter sous peine de faire un détour de deux jours, nous ont donné des châtaignes grillées pour nous consolerOn ne risque pas de mourir de faim lorsque l’on voyage en Grèce ! Pour le logement c’est autre chose. Il y a vraiment un blocage psychologique. Une fois, discutant avec une prof de français très sympa qui nous a fait signe dans la rue, nous lui expliquons que pour dormir, nous avions l’habitude d’aller dans le jardin de gens pour planter la tente, et qu’à ce moment précis nous cherchions où dormir. C’était un tout petit peu plus fin que ça mais pas tellement. Nous nous trouvions juste devant sa maison, disposant d’un grand jardin. Elle réfléchit, ne trouvant pas où nous pourrions dormirIl y avait bien le camping à 2km, mais il était fermé. Elle n’a pas pu imaginer une seconde qu’elle pourrait nous proposer son jardin, à 2 mètres de nous, comme nous le lui avons si subtilement glissé. A cet instant précis, nous avons compris que les refus que nous essuyions depuis notre arrivée en Grèce n’étaient pas de la méchanceté ou autre, mais qu’une barrière culturelle ou autre empêchait tout simplement les grecs de nous accepter dans leur jardinReste à savoir, encore une fois, l’origine de ce phénomène
Cela étant, nous gagnons désormais du temps sans perdre de moral : nous ne demandons plus aux maisons directement, sachant que c’est absolument inutile. Nous avons trouvé desfilièresde contournement ! (hors du camping sauvage bien sûr, quand on est au milieu de rien)
La technique du compatriote a bien fonctionné une fois, mais on ne peut pas sereinement s’appuyer dessus tous les soirs, les compatriotes ne courant pas les rues à cette période ;-).
Conseillé et pratiqué une fois comme solution de contournement, les abords d’une Église sont pratiques, d’autant plus que la deuxième fois nous nous sommes fait proposer une petite pièce, ainsi que le traditionnel petit truc à manger.
Nous avons découvert depuis peu une dernière filière : les campings fermés (tous les campings étant fermés, ce n’est pas le choix qui manque) ! En effet, les propriétaires habitant souvent dans le camping lui-même, nous allons leur demander comme nous le faisions pour une maison classique en France. Ayant l’habitude d’avoir des tentes dans leurjardin”, le blocage est dépassé, et nous pouvons nous installer tranquilles et gratuitement ! Le premier nous a même rallumé l’eau chaude pour nous, sympa !
Il nous reste quelques jours en Grèce pour peaufiner nos observations, et ensuite ce sera au tour de la Turquie ! La barre est haute pour cette dernière, l’hospitalité y est tant louée de toute part. L’image qu’on a est donc peut-être un peu surfaite : attention à la déception !

Pour finir, voici une petite anecdote de ce qui nous est arrivé, et qui souligne de manière concrète le décalage de mentalité entre les pays que l’on a traversé :
Érase una vez, un petit village [gaulois] grec écarté de la mer, que nous avions quitté pour augmenter nos chances de réussite (c’était avant de comprendre qu’obtenir une place pour la tente n’était tout simplement pas possible). Après un certain nombre de refus, nous nous retrouvons à discuter avec une femme, grecque, son mari, l’air sympatique, nous regardant depuis leur maison. Nous mimons, et sans doute a-t-elle compris (sans le montrer) ce que nous voulions. Elle commence à nous chercher des solutions de contournement, hôtel, etc. Une voiture passe, qu’elle arrête. Les passagers sont des travailleurs, et l’un d’eux parle italien. Il traduit un peu ce que dit la femme, que ce n’est pas possible, etc. On le sent gêné. Il discute avec elle, et nous attendons car nous ne comprenons pas ce qu’il se passe. Des blancs troublants nous font tous nous regarder. Finalement, il nous dit qu’il nous invite dans son hôtel, gratuitement, et qu’il faut l’attendre 20 minutes avant qu’il revienne nous chercher. Malgré la surprise, nous acceptons bien sûr sans broncher ! En attendant, le femme nous invite chez elle au chaud pour boire et manger un truc : pour ça, pas de problème ! Nous avons droit à un café et une petite assiette de lasagnes. Hospitalité de bouche !
Le travailleur (Arturo, de son vrai nom) revient en voiture, et nous le suivons. Quatre kilomètres plus loin, tout près de la mer, nous arrivons. Une petite cour, sept petites maisons (ou pièces) d’environ 15m² tout autour. Il nous en ouvre une, et nous mettons affaires et vélos dedans. Nous nous disons que ce sont des pièces à louer pendant la haute saison, sortes de bungalow hors camping, dont il est le gérant. Lorsqu’il nous invite chez lui, une des maisons, nous comprenons qu’il n’est pas le gérant, mais un des locataires à l’année. La pièce est chauffée par un petit Godin, le mobilier succinct : lit, banquette, toute petite table ronde, fauteuil de bureau (de recup’), meuble à vêtements, petit meuble genre secrétaire et télé. Ah, et une mini chaîne hifi, du genre celle que l’on gagne chez nous avec un abonnement à un journal, qui trône au centre, sur le secrétaire. On pourrait direC’est sobre, épuré”, mais on sent surtout une extrême pauvreté. Un couple et trois enfant dans un si petit espace ? Un placard pour cinq ? En discutant autour d’un verre, on comprend enfin, et cela nous fait un choc : Arturo, ainsi que sa famille, est albanais. Nous avons été invités pour dîner et dormir chez des immigrés albanais en Grèce, alors que nous subissions un refus supplémentaire de grecs bien installés… WTF ?

Après réflexion, nous avons bien compris ce qui se passait dans la tête de l’albanais quand la femme grecque lui expliquait qu’elle ne pouvait nous accueillir (hum). Alors que les grecs ont un blocage pour accueillir quelqu’un à dormir, les albanais ne peuvent quand à eux laisser quelqu’un sans logement.

Nous espérons de tout cœur que nous n’avons pas posé le moindre problème à cette famille albanaise qui a, sans en avoir le droit à priori, ouvert une des pièces alors non occupée pour que nous puissions y dormir une nuit.

Cette situation a été très marquante pour nous. Nous, français aisés partant en vacances prolongées, face à cette famille qui n’a rien, dans un pays qui n’est pas le sien et qui lui laisse juste un peu plus de chance que l’Albanie elle-même
Sortez un peu, cela existe partout, jusque devant chez vous en Francepensent peut-être certains d’entre vous nous lisant. Certes oui, et on imagine facilement des situations similaires en voyant des gens dans la rue ou lors d’une émission. Mais vivre ce double décalage, entre nous et eux d’une part, et eux et la femme grecque d’autre part, est assez incroyable, dans le sens strict du terme.
Enfin voilà, fin de l’anecdote, et fin de l’article !

N’hésitez pas à nous laisser des messages ci-dessous !

Guilhem

Mais oui, mais oui, la France c’est fini !

Ode à la France.

Quand elle veut, la France est vraiment accueillante,
Vous avez vu les photos sous le soleil
Des paysages traversés, jamais pareils,
Et même la pluie n’a pas été si méchante !

On se passerait bien de certains éléments,
Supporter les naturels et chasser l’artificiel.
Les montagnes à pic contre les poteaux électriques,
Et même le vent contre, en échange des éoliennes !

Cependant, on a roulé, le casque bien au vent,
En appréciant vallées, montagnes, mer et ciel,
Qui chaque jour nous ont offert des contrastes magnifiques.
La France, Finalmente, nous ne la connaissions qu’à peine.

Quant aux français, avec leurs spécificités régionales,
Ont toujours su faire preuve d’une grande générosité.
Elle est encore bien réelle, cette légendaire hospitalité,
Alors nous saluons nos hôtes, leur rencontre fût un régal !

DSC_4728

Nous avons passé le tunnel du Mont Blanc avec nos vélos !

En direct de l’Italie, voici le résumé de nos dernières aventures, depuis la débâcle du col du petit st Bernard !

Avant de commencer, une petite illustration allant avec le titre. (photo non contractuelle)

Nous vous avions laissé au Mac-Donald de Megève, plein de désespoir devant le temps qui ne nous laissait aucun répit. A la fin de notre séance film, bien tranquilles sur notre table de 6, nous nous sommes résignés à acheter tout de même un petit menu pour justifier notre sitting de quatre heures dans l’établissement : le Big Mac était à la hauteur de mes attentes, tout affaissé et pas cuit, mais par contre Eglantine était un peu déçue de son Cheeseburger, qu’elle attendait un peu plus gros…
Enfin bon, ce ‘repas’ dans le ventre, nous avons pris notre courage à deux mains pour partir malgré la pluie qui continuait à tomber. En quittant Megève, nous sommes sortis du nuage (et de sa pluie) dans lequel nous nous trouvions pour arriver dans une sorte d’espace inter nuage, où nous voyions seulement les montagnes à notre hauteur, mais rien au dessus ni en dessous. Une photo sera plus parlante :

La descente a continué, car pour aller vers Chamonix il faut déjà descendre tout en bas avant de remonter (on est quand même dans les Alpes !). La remontée fut longue et pénible, agrémentée de regonflages et de poses de rustines sur le vélo d’Eglantine…
Malgré la difficulté de cette montée, nous sommes passés par de très jolis villages et des petites routes bien sympathiques.

Nous ne sommes pas allés jusqu’à Chamonix finalement, car le tunnel se trouvant avant la ville, c’est mieux de s’arrêter avant (et puis surtout on était juste trop crevés pour continuer, puis il commençait à se faire tard, donc voilà…). On a sonné a quelques maisons dans la station “Les Houches” pour finalement tomber chez une dame très gentille qui nous a accueilli dans les combles de son chalet.

Mais tout ça ne vous éclaire pas sur ce que vous attendez tous… comment avons-nous fait pour passer le tunnel du Mont Blanc avec nos vélos ?

Nous avions prévu de faire du camion-stop, comptant sur le charme d’Eglantine pour amadouer de gentils camionneurs, et charger nos vélos dans leur remorque pour passer tranquillement le tunnel… ce qui nous aurait pris pas mal de temps, surtout vu le faible trafic du tunnel ce jour là. Heureusement nous n’avons pas eu à tenter l’aventure.
Mais comment alors ?

Et bien figurez-vous que, profitant d’un moment d’inattention des policiers, douaniers et employés du tunnel, nous avons réussi à glisser nos vélos dans une bouche d’aération du tunnel de secours, puis, esquivant les caméras de surveillance… Bon d’accord, ca ne s’est pas vraiment passé, comme ça, mais on peut garder l’idée pour l’adaptation à Hollywood de notre périple non ?

Et bien par une chance inouïe, Martine, chez qui nous étions logés aux Houches (faire la liaison malgré le h pour ne pas passer pour un touriste, ndlr) nous a proposé de nous accompagner en voiture (vive la Renault Espace !) de l’autre côté ! Nous n’avons pu refuser un plan de sauvetage si généreux, et c’est donc sans difficulté aucune que nous avons fini par traverser les Alpes ! (et cette fois, même si cela peut paraître un peu too much dans un scénario par exemple, c’est véridique ! Martine merci encore pour ce coup de pouce !)

PS : Pour la petite histoire, en passant devant la route qui menait au col du petit St Bernard côté Italien, celui-ci était indiqué ‘Ouvert‘ (argh) ! Nous aurions donc pu monter à La Rosière, ou nous avions une étape prévue, attendre un ou deux jours que le temps se dégage puis passer tranquillement, comme nos hôtes d’Albertville nous l’avaient conseillé. Des conseils avisés, mais dont le pessimisme des habitués du bar “Le Terminus” (c’était prédestiné) de Moûtiers a eu raison.
Enfin bon, l’essentiel était de traverser, et c’est chose faite, puis cela nous a permis de faire des rencontres très agréables !

Voici donc pour la traversée des Alpes, nous relaterons les nouvelles aventures des cyclorêveurs en Italie dans d’autres posts !

A bientôt !

2011-10-10_09-28-46_971

Le col du Petit Saint Bernard

Nous allons vous raconter la formidable épopée des Cyclorêveurs à travers les Alpes !

Ça commence comme ça : les Cyclorêveurs ont tout prévu, ils partent mi-septembre, prévoient de passer le col du Petit Saint-Bernardavec même une super étape à la Rosière grâce à Lou², début octobre, soit, largement avant les premières grosses neiges.


Nous, Guilhem y Eglantine, parcourons la France en temps et en heure (trop forts) !
Arrivés à Albertville sous une pluie incessante, le col du Petit Saint-Bernard, et tous ses copains, ferment sous notre nez.
C’est encore tôt dans la saison, les “Albertvillageoischez qui nous avons débarqués en plein week-end pensent bien que les cols vont réouvrir sous peu, et nous avons envie de les croire.
Nous arrivons donc à Moutiers le dimanche, cette villebase de beaucoup de stations de ski est bien triste un dimanche pluvieux d’octobre. Et surtout, les Moumoutes (habitants de Moutiers bien-sûr !), sont convaincus eux, que les cols ne vont pas réouvrir de si tôt, d’ici Avril peut-être. Alors, nous pensons bien au chalet qui nous attend là-haut, on se dit que ce serait chouette d’accueillir la famille Tchegun chez eux pendant la saison, mais ça ne va pas nous faire beaucoup avancer
Nous envisageons différentes solutions : taxi, train, traîneau, camion (pouet! pouet !), et dans un premier temps, nous faisons demi tour et retournons péniblement vers Albertville.

Et voilà, c’est au Mc Do, et grâce au wi-fi, que nous nous décidons à bifurquer vers le tunnel du Mont-Blanc pour faire du camion-stop !
Là, maintenant, nous sommes à Megève, il pleut, il ne fait pas chaud, le Mc Do ouvre dans une heure et nous savons déjà que leur machine à café ne fonctionne pas. Tant pis, il paraît que ça devrait se dégager cet après-midi, nous devrions pouvoir aller jusqu’à Chamonix, tant pis pour la vue sur le Mont-Blanc.

To be continued !

DSC_4508

Le Voyage en Images – Du 22 septembre au 28 septembre

Tadam !

Voici le retour du voyage en image, avec certes un peu de retardque l’on va essayer de rattraper !
Nous revoici donc le 22 septembre, dans une contrée lointaine

Voici une série de photos prises dans une exposition en plein air qui se trouvait pile poil sur notre chemin (que demande le peuple ?) :

La simplicité de la sculpture est rendue possible par les formes très travaillée du peu d’éléments qui la composent



Comment faire plus expressif avec un embrayage et une culasse ?



Bomberman se met à faire le ménage ?

Toute la puissance se retrouve dans le mouvement figé de la bête !
Ces créatures impressionnantes et assez réalistes (avec un peu d’imagination 😉 ont été conçues par un ancien ouvrier virtuose du fer à souder. Les matériaux utilisés sont d’origines diverses (automobile, agricole, mobilier urbain etc.), et tout est récupéré dans les déchets de la société. L’oeuvre de cet artiste est une critique de la société, grande consomatrice et productrice de déchets difficilement renouvelable, alors comme on est d’accord on fait passer le message !



Nouvelle région, fini les collines à gravir, place aux marais ! Les canaux omniprésents pertmettent de faire l’économie de clôtures pour les animaux !






Très belle et sauvage, elle zig-zag dans toute la région, je parle bien sûr du premir plan de la photo, mais c’est valable aussi pour la Vienne !