Archives pour la catégorie Reflexion

IRN_1386

Des cyclo sans vélo !

L’Iran est un immense pays, riche d’un patrimoine dispersé sur tout son territoire. Il serait quand même dommage de traverser le pays en restant au nord sans jeter un œil à ce qui se passe ailleurs !
Et puis, nous sommes fatigués (et oui, 6 mois de vacances, il faut déjà avoir une sacrée endurance !). Nous décidons donc de faire une petite escapade purement touristique : depuis Baneh, au nord est de l’Iran, nous entreprenons un périple en back packing pour visiter le sud du pays et toutes ses merveilles !

Nous n’avions pas imaginé que nous serions si désemparés sans nos vélos, notre tente et notre réchaud… On passe 10 jours à dormir dans les hôtels (quand nous ne sommes pas dans le bus de nuit), manger au restaurant et prendre des taxis pour se rendre sur les sites touristiques; exactement le contraire de nos habitudes !!

Du coup on a testé le réseau de bus de tout le pays !


Alors évidemment, nous ne voyons pas les mêmes choses que depuis nos chaises longues. Ce petit périple est riche d’apprentissages sur le patrimoine de l’Iran bien sûr, mais aussi sur nous mêmes et notre façon de voyager.

Le patrimoine de l’Iran, vous le verrez en large et en travers dans les autres posts.

Mais nous prenons également le temps de réfléchir sur nous-mêmes en tant que voyageurs au long cours.
Voici quelques ébauches de conclusion :
La première est que nous ne sommes pas aussi forts que nous voulons bien le croire. Nous sommes affectés par des choses pourtant bénignes, comme la curiosité parfois trop prononcée des gens que nous croisons, les petites bestioles qui se cachent parfois dans nos draps, un geste obscène à mon égard, une boulette de viande visiblement mal conservée, la page d’un bouquin un peu trop vraie, 36 heures de bus avec 4 changements en 2 jours… Nous sommes sensibles, le voyage nous rend sensibles, être seuls nous rend sensible, parce que nous n’avons plus le repère des autres pour nous dire « ce n’est pas grave », nous n’avons pas 57 choses à faire pour faire passer le temps et la douleur, nous prenons la mesure des choses … ou  nous la perdons, c’est bien la question !

La deuxième est qu’on est définitivement mieux sur nos vélos que dans un bus. Les vitres et la vitesse dénuent tout paysage de ses détails. Comment se fait-il que nous trouvions tous ces paysages monotones depuis le car alors que nous n’avons jamais ressenti ça depuis nos vélo ? En plus, la visite de n’importe quel monument ne vaudra jamais un moment de bivouac au milieu de nulle part ! L’indépendance, c’est bien ça que nous voulons !
Enfin, nous avons tout de même besoin de moments de « pause », parce que le voyage nous rend sensible et qu’un des moyens de continuer à profiter de notre rythme cyclo libre, c’est bien de retourner à une réalité différente de temps en temps (mais pas trop…) !

Et toi, pourquoi tu voyages ?

Lors de notre visite dans le monastère de Mor Gabriel, nous passons un peu de temps avec Ephrem. Lui, il n’est pas arrivé ici par hasard. Il est assyrien, mais il vit en Suède. Ses parents ont émigré là-bas avant sa naissance alors qu’ils habitaient dans un village pas loin du monastère.
Aujourd’hui, il a 21 ans et il a décidé de venir passer une dizaine de mois dans le monastère. Il a toujours vécu en Suède et a adopté la culture de son pays d’accueil, mais au fond, il reste assyrien et souhaite en savoir plus sur ses racines, améliorer ses connaissances de la langue et comprendre d’où il vient.
Il nous fait prendre conscience de son sentiment fort d’appartenance à un peuple héritier des plus anciennes civilisations. Les assyriens comme lui ont une religion, une langue et une culture spécifique, mais pas de pays. Ils sont originaires de cette région, anciennement Mésopotamie, et aujourd’hui partagée entre la Turquie, l’Irak, la Syrie et l’Iran. Nous découvrons donc à travers Ephrem un peuple riche d’une histoire plurimillénaire qui se retrouve sans avenir, c’est très impressionnant.
En discutant avec lui, nous nous rendons compte que nous avons une démarche à la fois similaire et totalement opposée.
D’un côté, nous avons lui comme nous décidé de prendre le temps de réfléchir à notre identité en nous éloignant du mode de vie que nous avions jusqu’alors.
Mais si nous essayons de sortir de nos traditions, lui, au contraire, essaye de les retrouver.
Nous avons besoin et envie de rencontrer des cultures variées alors qu’il se concentre sur son peuple, du coup, nous sommes nomades alors qu’il reste dans le monastère, etc.
C’est étonnant de se rendre compte à quel point nous avons besoin de farfouiller dans ce que nous n’avons pas. Certains ont l’impression de ne pas avoir de repères parce qu’ils vivent au sein d’une culture qui n’est pas la leur alors que d’autres ont l’impression d’être enfermés dans leur traditions trop fortement établies pour avoir un sens. Après ce genre de rencontre, on se rend compte que notre demarche est necessaire et correspond a un besoin de recherche d’identite largement repandu. C’est normal de se poser des questions.
Et par dessus tout, on se pose une foultitude de questions sur tous ces peuples, toutes ces confessions qui se rencontrent et souvent s’affrontent alors que nous avons tous les mêmes besoins et les mêmes aspirations de paix et d’harmonie en tant qu’Homme.
Merci Ephrem pour cet échange !

Eglantine

DSC_4045

La Création (pas de fausse alerte, je ne suis pas entrée dans les ordres)

[Vous êtes dans la rubrique « réflexions », parce qu’à force de pédaler, ça commence à cogiter.
Comme nous n’avons pas forcément les mêmes sujets de prédilection avec Guilhem, et surtout, comme nos réflexions prennent rarement le même chemin, j’écris cet article en mon nom.]

(tiens, j’avais les cheveux propres à cette époque !)

Alors voilà, j’aimerais aborder le sujet de la création, parce que, même si je ne m’y attendais pas avant le départ (enfin, pas à ce point là!), ça me manque terriblement !
J’entends par création ces activités qui permettent de s’exprimer, de construire et d’échanger. Pour moi avant de partir, c’était danser, jouer du saxo avec les Chapoum, fabriquer des bijoux, bricoler et faire des projets pour Gievremont ou le Morimont, parler scène avec les coupines, monter des films pour le FFFG, etc. .

Je croyais pouvoir me prémunir de ce manque en emportant de quoi dessiner, tricoter et jouer de la musique, mais ça ne fonctionne pas. Je m’explique :
J’ai bien un carnet, des crayons et de l’aquarelle, mais je ne les maîtrise pas du tout, je ne sais pas dessiner. Pour le moment, je m’exerce, j’essaie de trouver toute seule le moyen de m’exprimer sur du papier en pratiquant, sans trop savoir où aller. Ce n’est pas facile, les premiers essais ne sont pas forcément très encourageant, et je ne suis pas sûre qu’au retour, je sois enfin capable de dessiner ce que j’ai dans la tête…
J’ai une flûtine et un harmonica aussi, mais c’est le même problème que pour le dessin, je ne sais pas jouer (ou juste que du reggae…), j’apprends doucement. Et puis, Guilhem a beau garder son calme olympien à la sortie de ces instruments, c’est quand même plus énervant que les coups de crayons sur du papier…
J’avais de la laine, je me suis fait un bonnet, cool! mais il ne m’en reste presque plus. Et en plus, je n’ai pas emporté le lot d’aiguilles qui permettrait de tricoter n’importe quoi. Je ne peux faire que des trucs tout petits.
Je pourrais danser aussi, il n’y a besoin d’aucun outil pour ça (à part un corps en forme, ce qui, heureusement, est le cas !), et en plus, je sais faire (il paraît) ! Mais, sans partenaire, ni prof, ni public (voire les 3 en même temps, pour certain), ça devient un simple entraînement et l’aspect créatif disparaît.
Il y a le film, ça, ça fonctionne, vous en avez la preuve ! Mais faire du montage sur un i-Phone avec des séquences qui bougent de partout, sans son digne de ce nom, ni effets, on ne peut pas appeler ça de la création. Quant à filmer de bonnes séquences avec l’appareil photo en vue d’un film de maboule, on le fait, mais attendre le bon PC du retour capable de monter ces images, avec du bon son, des bruitages et tout le toutim, c’est un peu frustrant…

Voilà, je me suis donc rendu compte que la création qui me manque, c’est celle qui demande du temps. C’est celle qui demande des essais, puis des critiques, des reprises et à nouveau une confrontation à un « public », jusqu’à trouver le bon agencement, la bonne transmission de pensée, le bon geste qui fait que ce qu’on a au fond de soi peut sortir et trouver un écho chez quelqu’un d’autre.

Alors voilà, je ne suis pas douée en écriture. Parmi les modes d’expression, c’est sûrement le plus délicat : si puissant par son universalité, et si banal et fade lorsqu’on ne le maîtrise pas. Il demande une rigueur d’esprit et une clarté de pensée que je n’ai pas, mais écrire et avoir des réponses est peut-être justement le meilleur moyen pour acquérir ces qualités, c’est comme pour l’aquarelle, j’essaie, sans arriver à exprimer complètement ce que j’ai dans les tripes !

Enfin, même si vous trouvez ça fade et banal, vous connaissez maintenant ma situation actuelle et ma recherche de moyens de pallier à ce manque que rien ne comble en voyage. Il n’y a sûrement pas de solution à cela, et peut-être que ce n’est pas plus mal. Finalement, nous voyageons sans contrainte, même pas celles d’un projet créatif, et c’est très bien comme cela. La création demande une routine, un matériel et un travail qu’on ne peut pas mettre en place dans ce voyage tel qu’on le réalise.


C’est juste un constat surprenant : je suis créato-dépendante, maintenant j’en suis sûre ! (Peut-être est-ce un éclairage pour une direction professionnelle à prendre au retour ? C’est un autre débat qui nous travaille également, même s’il est loin). Il faut juste que j’apprenne à vivre sans ma drogue ! En attendant, je prends du recul, les idées s’entassent, ça gamberge dans ma caboche, bref, quand l’occasion se présentera – sûrement au retour, ça va exploser !!

En exclu pour vous, quelques échantillons de la deuxième série du Labo de Loby, créés et vendus (quasi en totalité) avant notre départ !

 

Une des seules pièces qui ont échappé à la rafle d’avant départ, avis aux amateurs !

Capture-2

Censure du net, les effets commencent déjà à se faire sentir !

La censure du net… On en parle pour la Chine et certains autres pays, on dit que ce n’est pas bien, etc…

En France, la question se pose aussi. En politique, on préfère cacher cela dans la notion de « Neutralité du net« , qui, en comportant aussi d’autres aspects, permet de camoufler un peu des mesures qui pourraient (et qui devraient) être interprétées comme de la censure. Je pense notamment à la loi LOPPSI (Loi d’orientation et de programmation pour la performance de la sécurité intérieure – si c’est pas du camouflage ça !), dont il est question ici ou . Les mesures que cette loi veut faire appliquer ne sont pas simplement un petit pas vers la censure : avec cela, c’est plutôt le passage d’une barrière qui est fait, car ensuite, le système en place, il n’y aura rien de plus facile que de faire évoluer la loi au fil des faits divers qui se produiront.

Ainsi, on ne nous parle aujourd’hui que de filtrer les sites pédophiles, et ceux-là seulement. La pédophilie est un sujet en vogue, dont, de plus, personne ne se targue d’en être un défenseur. Cependant, à la première occasion, le gouvernement pourra ajouter des critère pour filtrer (comprendre censurer) le net : exemple, si un policier meurt à cause d’un cocktail Molotov, alors pourquoi ne pas filtrer ce mot pour empêcher à d’autres personnes d’en trouver le mode de fabrication ? On peut ensuite enchaîner avec une secte un peu dangereuse, puis pourquoi pas parti ayant des idées un peu extrémistes, ou tout simplement un parti ayant des idées différentes ?

Ce n’est malheureusement pas une vision pessimiste de l’avenir d’internet en France, c’est une constatation de ce qui s’est passé dans d’autres pays, de manière analogue.

Cela étant, nous sommes sur un site de voyage, pas un site d’activisme n’est-ce pas ? Alors ? En fait, cet article fait suite à deux événements distincts, ayant une origine commune, vue précédemment :

  • Le premier, un mail d’un ami habitant la Chine, et qui ne peut visualiser correctement ni le site ni le blog, et qui n’a pas eu connaissance des mises à jour car Facebook, Twitter et consorts sont tout simplement totalement censurés
  • Le deuxième, c’est que nous sommes actuellement en Turquie, donc je souhaite mettre à jour la page d’accueil de notre site, qui indique que nous sommes encore en Grèce… Mais cela est impossible, les Google Sites sont semble-t-ils censurés ici… entre autre ! Un article sur la censure que je voulais lire semble lui aussi affecté :

Nous avions fait le choix du Pack Google pour la partie réseau du voyage : Google maps, Google Sites, GMail, Blogger, etc… (Ce choix est bien sûr sujet à une autre polémique, qui ne sera pas abordée cette fois-ci !) Cela fonctionnait plutôt bien jusqu’à présent : site fait rapidement, mises à jour sont pratiques et rapides, fonctionnalités intéressantes et nombreuses…

Nous commençons malheureusement à voir les effets indésirables de ce choix : d’une part, le géant américain n’a pas que des amis, surtout vers là où nous dirigeons, et d’autre part, le nombre d’utilisateurs de ses services est tel que dans le tas, certains correspondent aux critères de censure, qui est alors appliquée bêtement : blocage basique du sous domaine xxxxxx.google.com (sites.google.com dans notre cas), ou tout simplement du domaine lui-même (google.com)…

Nous préparons des moyens de tenir le blog à jour, mais cela nuira à la convivialité de l’outil et de son contenu, et donc à son intérêt premier…


Bref, pour sauver le blog, sauvons le respect de « la neutralité du web » ! 😉

Informez-vous, notamment via le principal site à ce sujet, la quadrature du web (http://www.laquadrature.net), qui milite pour informer les gens grâce à des actions que vous avez probablement vu (par exemple, black out du net en France, au moment d’HADOPI, avec cette bannière (ci-dessous) qui apparaissaient sur de nombreux sites)

HADOPI - Le Net en France : black-out

GRE_5992

Estivant, où es-tu ?

Depuis un moment – depuis le départ en fait, lorsque nous pédalons en bord de mer, nous traversons des stations balnéaires désertées.

En effet, que ce soit les campings en Vendée, les grands hotels à 10 étages en Italie, les villages entiers parés de panneaux « zimmer/sobe/apartmani » en Croatie, les building nouvellement construits en Albanie ou encore les « résidences secondaires précaires » à la grecque, tout cela est vide !!!
(Et oui, en Grèce, nous rencontrons un nouveau style de station balnéaire : il s’agit d’un agglomérat mal organisé de caravanes jumelées à de petites maisons/abris qui habite la côte sans discontinuer lorsque la dune le permet).

Chacun son style de boîte à estivants. Cependant, il y a quelques points communs. Cela est construit sans aucune prise en considération du paysage, de l’environnement ou de la préservation des côtes. Visiblement, il fallait que ce soit rapide et pas cher, pour répondre à l’explosion du « tourisme de masse ». Le résultat est un amas de constructions à qui on ne donne pas 20 ans de durée de vie. Le vieillissement se lit d’ailleurs sur beaucoup d’installations qui semblent déjà fermées et abandonnées. On a du mal à imaginer tout cela en été. En fait, on a l’impression que tout est insalubre et abandonné.

Camping ouvert toute l’année…

Pourtant, dans l’idée, c’est bien le « tourisme de masse », c’est une des conséquences de l’accès à tous aux loisirs, à la plage et aux jolis paysages maritimes ! Alors pourquoi sommes-nous choqués par une telle propagation de résidences secondaires ? Et nous, est-ce qu’on renoncerait à nos villas de vacances parfois si mal construites ?

2011-11-03_07-03-48_749

Bilan provisoire des types d’hospitalité rencontrés !

Attention, article long et peut être un peu moins facile à lire que les autres ! Prévoir un peu de temps pour arriver au bout…
Deux mois que nous sommes partis… déjà ou seulement ? Nous avons l’impression d’avoir traversé le monde, alors que nous ne sommes encore qu’en Europe !
L’unité des pays de l’Europe est une grande question des médias en ce moment, avec la crise en cours et celle qui se prépare. Le peu de pays Européens traversé semble assez homogène (toute proportion gardée) du point de vue du mode de vie, si on le compare à l’Albanie par exemple. Il est cependant un point qui diffère pas mal d’un pays à l’autre, c’est le type d’hospitalité que l’on y rencontre.
De notre point de vue terre à terre, loin de toute analyse ethnologique ou historique des nations traversées, voici un petit bilan de ce que nous avons pu observer. Nous sommes conscients que nous ne pouvons pas généraliser tous les faits à la population entière, mais nous faisons avec ce que nous avons !

Tout d’abord, voici la méthode générale que nous suivons pour trouver où dormir :


Avant que la nuit tombe, nous nous mettons en quête d’une maison possédant un jardin pour y demander une petite place pour notre tente. Nous ne visons pas de maison particulière, toute maison est éligible ! Nous avons remarqué qu’il est plus facile tout de même de demander lorsque les propriétaires sont dehors et nous voient arriver, au moins nous voyons si nous ne dérangeons pas les gens au milieu de quelque chose ! Si personne ne se trouve dehors, nous sonnons à la porte ou à l’interphone pour faire notre petit speech.

Commençons par la France, notre pays natal, où nous avons passé vingt jours. C’était en quelque sorte la mise en jambe du voyage, la préparation en douceur à ce qui nous attendrait. Nous y avons été globalement bien, voire très bien accueillis, ce qui nous a permis de faire des rencontres très enrichissantes. Nous savons que beaucoup de nos hôtes d’un soir suivent encore nos aventures sur le blog, et nous sommes encore en correspondance avec certains. Vous qui lisez ces lignes, si vous nous avez accueillis, merci encore mille fois, et vous vous reconnaîtrez sans doute dans les descriptions suivantes !

En France, pas de problème linguistique pour expliquer notre voyage, nous avons tout le vocabulaire nécessaire pour répondre aux interrogations que soulève un voyage de ce genre. La plupart du temps, nous avons vu une réserve lorsque nous formulions notre demande : la pratique d’un inconnu plantant sa tente dans son jardin n’est pas répandue, et c’est sans doute la première fois que quelqu’un leur demande cela. Il y a donc, après la demande explicite, un temps plus ou moins long (1 à 10 secondes) de réflexion de l’hôte potentiel. Ce moment est relativement court mais parait durer une éternité, car dans ce blanc s’installe une gêne chez nous, qui attendons bêtement, et chez l’hôte potentiel, qui pèse inconsciemment le pour et le contre grâce à des calculs savants dont le cerveau a le secret. Parfois, nous avons le droit directement à un « pas de problème, venez voir où vous voulez vous installer ! ». Cette spontanéité a toutefois été assez rare, car le plus souvent, on nous a demandé encore un peu plus de précisions avant d’avoir une réponse. Une différence que l’on a observé en France est la vitesse avec laquelle cette confiance de l’hôte s’obtenait. De la confiance aveugle dès le début à celle obtenue après la nuit, qui porte conseil, en passant par la confiance acquise graduellement, nous avons vu de nombreux cas ! Cela ne préfigure pour autant nullement de l’accueil offert par la suite, car une fois cette confiance acquise, nous devenons autre chose que des étrangers et sommes reçus très chaleureusement, dîner, petit dej et même lit parfois !
En moyenne, nous avons en France demandé à environ trois maisons avant de trouver notre bonheur. Les refus n’étaient pas légion, souvent les maisons étaient tout simplement vides. Parmi les refus, et certains début d’accueil aussi, nous avons senti de la méfiance. La peur de l’autre est perceptible, nous avons eu plusieurs fois des réflexions du type « vous n’êtes pas du genre à nous trancher la gorge pendant la nuit, hein ? ». Nous nous demandons comment les gens peuvent avoir ce genre de pensée dans des petits villages de campagne… Les infos de TF1 à propos des [méchants] jeunes de banlieue ? Les mauvaises séries B ?
En tout cas, l’expression du refus était plutôt cordiale, du genre « ce n’est pas possible car la grand mère patati patata », « désolé mais ce n’est pas chez moi », et ainsi de suite. Les français sont doués pour les excuses, au contraire des italiens comme nous le verrons !

Enfin, ne dramatisons pas, nous ne pouvons vraiment pas nous plaindre de l’accueil reçu dans notre cher pays, au point que je me disais à un moment donné : « on vante l’hospitalité Turque, mais la française est déjà pas mal ! ». Reste à voir si cela reste vrai si ce ne sont pas des français qui demandent l’hospitalité, ou si ils n’ont pas des têtes d’ange comme nous ;-).

L’Italie a été une autre paire de manches : déjà, l’explication du pourquoi et du comment de notre voyage était un peu plus dure, malgré l’italien presque parfait d’Eglantine ! De plus, les maisons italiennes sont souvent clôturées avec de grosses grilles, et un interphone, comme en France dans les immeubles. Nous avons déjà tous entendu un sketch avec un interphone qui ne fonctionne pas bien, alors imaginez nous à baragouiner en Italien à des personnes peu réceptives… Les italiens sont en effet peu portés sur l’hospitalité, et nous avons subi les refus les plus étonnants. Certaines personnes, en entendant l’objet de notre demande, marmonnent seulement un « non » dans leur barbe tout en se retournant pour rentrer chez eux et nous fermer la porte au nez… A l’interphone, même schéma, sauf qu’il leur suffit de raccrocher le combiné… Toutes les personnes n’ont pas été si peu ouvertes. La stratégie de certains autres consistait à chercher ailleurs où nous pourrions dormir : camping à 20km, parc municipal, bord de la route, terrain de foot, on a eu le droit à pas mal de choses… sauf  leur jardin, ce qui était quand même plus simple, mais non ! On restait avec eux, cherchant d’hypothétiques solutions pendant de longues minutes, ce qui diminuait nos chances de trouver un autre abri avant la nuit. Ensuite, après une avalanche de refus, nous finissions parfois par nous abriter dans un endroit isolé (champ ou bout de plage) dans la nuit noire…
Les critères pour sélectionner les maisons ont donc été revus, pour être plus restrictifs : de la préférence aux portails déjà ouverts en France, il faut ici viser les maisons loin de toute ville et sans portail du tout… Cela évite par la même occasion qu’un chien garde la maison, comme souvent. Nous avons ainsi pu trouver des gens très sympa, nous proposant par exemple une petite cabane de jardin et nous y apportant lumière et dessert, ou encore quelques fruits. La différence de mentalité entre agglomération (nous n’essayions pas au cœur même des villes, les maisons n’ayant pas de jardin) et campagne est notable : est-ce justifié par des raisons réelles (vols, violences, insécurité dans les quartiers résidentiels), ou est-ce seulement un état d’esprit un peu renfermé qui se construit dans ces quartiers ? Nous ne savons et saurons probablement pas…
Pour résumer, en Italie il est possible de trouver des jardins ou planter sa tente, mais il faut bien choisir l’environnement des maisons pour éviter d’essuyer assez de refus pour maudire les italiens sur sept générations !

Viennent ensuite les Croates. Là, nous ne pouvons pas vraiment faire de comparaison avec les pays précédents, car en passant presque exclusivement sur une côte ultra-touristique bardée de « Zimmer » et autres « Apartmenti », avec des maisons sans jardin, la montagne tombant le plus souvent directement dans la mer, notre démarche a dû par conséquent évoluer. Enfin, nous n’avons pas eu beaucoup de temps pour peaufiner une technique valable, nous improvisions chaque soir… Le premier soir par exemple, nous nous arrêtons pour acheter du pain pour les dîner/petit dej quand on nous accoste en français. Au fil de la discussion, nous disons que nous cherchons un endroit où planter notre tente, n’importe où. Résultat, nous finissons dans le même immeuble que nos hôtes, avec un appartement avec chambre et douche pour nous tout seuls ! Cela à posé les bases d’une nouvelle méthode : le recours à la solidarité nationale ! Nos hôtes avaient en effet travaillé longtemps en France avant de revenir à leur pays natal pour la retraite. Les autres nuits sur la côte, que ce soit en Croatie ou au Monténégro, ont donc été partagées entre camping sauvage et invitations par des compatriotes (terme qui regroupe dans ce cas n’importe quelle personne ayant plus de points communs avec nous que la majorité de la population du pays).

Ensuite, l’Albanie. Ce point a déjà fait l’objet d’un article entier, alors je vais faire court. Dans ce pays, pas de problème de proximité de camping, ou de surabondance de possibilité de logement : nous n’avons croisé qu’un nombre très restreint d’hôtels, et ce seulement dans la partie proche de la Grèce. Ailleurs, rien, nada, être un touriste n’est tout simplement pas prévu (enfin y-a-t-il des choses prévues d’ailleurs ? C’est un autre sujet). Nous avons donc appliqué plus ou moins notre méthode de France et d’Italie, mais en langue des signes cette fois. Pas facile, surtout quand pour la personne en face il s’agit de la première fois qu’un étranger tente de lui parler… Cela a donné des scènes cocasses, se soldant par un repli stratégique de notre part, voyant que nous n’arriverions pas à nous faire comprendre. La première nuit, après une tentative infructueuse, nous avons cherché de nouveaux critères pouvant faciliter la démarche. En voyant une parabole sur une des maisons, c’est le déclic : « Avec un peu de chance, ils ont une parabole pour capter des chaînes d’autres pays, et donc ils doivent parler une autre langue, bingo ! ». Nous avons donc tenté la maison en question : pas de chance, pas d’autres langues parlées ni par la mère ni par le père. Nous parvenons tout de même à nous faire comprendre : nos mimes ont été efficaces ! Cependant, ils ne veulent pas que nous plantions la tente : ce n’est semble-t-il pas une pratique répandue en Albanie, le père rigole, sans doute en nous imaginant comme des cons dehors sous la tente avec le froid qu’il fait. Nous ne savons pas quoi faire à ce moment là. Cela semble être un refus, mais un refus en rigolant. C’est bien la première fois que ça nous arrive !
En fait, ce n’était pas un refus, mais nous ne comprenions pas à notre tour ce qu’ils nous expliquaient : que nous étions leurs invités et que nous dormirions chez eux, après avoir bien sûr regardé la télé (TV5 Monde, Question pour un champion !) et partagé un dîné !
Le même schéma s’est reproduit chaque soir à quelques différences près. Une fois, après avoir défini d’un endroit ou planter la tente avec un homme, nous commencions à la planter comme prévu, quand nous entendons la femme passer un savon à son mari, pour venir ensuite nous chercher pour que nous entrions chez eux… Une autre fois, la maison était tellement petite (deux petites pièces dont une seule chauffée pour une famille de quatre personnes) qu’après le repas, une fois seulement la nuit bien tombée, nous avons installé la tente sous la maison. Les autres fois, nous dormions dans une des pièces libres (et sans chauffage bien sûr) de la maison.
Les points compliqués en Albanie étaient d’expliquer notre demande tout d’abord, et ensuite d’attendre la réponse du seul maître à bord, le père de famille. Sans lui, pas de réponse possible (même si on sait qu’elle sera de toute façon positive !).
La mentalité est assez incroyable, et cela tient sûrement du fait que nous soyons étrangers dans un pays qui a été hermétiquement fermé pendant cinquante ans jusqu’à 1990… Quelle serait leur réponse pour un couple albanais commençant un voyage, comme ce fut le cas pour nous en France ? Lui réserveraient-il un si bon accueil ? Jusqu’où va l’hospitalité albanaise ? Encore un point qu’il est difficile d’éclaircir.
En tout cas, pour nous, cela a été une expérience fabuleuse : voir quelqu’un s’approcher vers vous, vous serrer la main et vous inviter chez lui avant même d’entendre une quelconque demande n’est pas courant. En France, il faut d’abord demander l’hospitalité avant de la recevoir, cela nous paraît logique. Dans d’autres pays, l’hospitalité vient en premier : c’est une autre logique !

En parlant de logique, nous en avons vu une encore différente en Grèce. Sortant d’Albanie, nous savions que cela allait être à nouveau un peu plus difficile de trouver un endroit ou dormir. Nous avons appliqué les critères définis précédemment : maison avec jardin, plutôt dans la campagne, sans chien, et de préférence avec une personne dehors nous voyant arriver. En Grèce non plus, nous ne partageons souvent aucune langue commune, mais nous sommes devenus à présent experts pour mimer ! Le premier soir, après une première série de refus, nous demandons à des gens qui nous comprennent assez vite. Ils nous proposent d’aller plus loin, sans doute un camping, puis voyant que nous ne voulions pas, nous proposent le terrain vague devant les maisons, qui grouille de chiens errants. Eglantine parvient à mimer un chien méchant nous mordant, ce qui fait rire les gens, qui nous proposent finalement, presque à contre cœur, d’aller dans le jardin d’une maison vide qui leur appartient. Sauvés ! On a eu un peu l’impression de leur forcer la main tout de même. Cela étant, une fois ce « blocage » (nous y reviendrons) dépassé, nous avons le droit à un panini chacun, puis à une invitation à dîner, avec tomates, œufs, feta, pain etc.
Sans l’analyser au premier abord, nous avons dès le premier soir trouvé les caractéristiques de l’hospitalité grecque. Après quelques jours passés dans le pays, nous pensons avoir compris comment cela se passe :
Les grecs sont hospitaliers, pas de problème : des sourires généreux, des gens sympathiques, qui nous proposent toutes sortes de choses à manger en pleine rue. Même des policiers, qui barraient la route que l’on devait emprunter sous peine de faire un détour de deux jours, nous ont donné des châtaignes grillées pour nous consoler… On ne risque pas de mourir de faim lorsque l’on voyage en Grèce ! Pour le logement c’est autre chose. Il y a vraiment un blocage psychologique. Une fois, discutant avec une prof de français très sympa qui nous a fait signe dans la rue, nous lui expliquons que pour dormir, nous avions l’habitude d’aller dans le jardin de gens pour planter la tente, et qu’à ce moment précis nous cherchions où dormir. C’était un tout petit peu plus fin que ça mais pas tellement. Nous nous trouvions juste devant sa maison, disposant d’un grand jardin. Elle réfléchit, ne trouvant pas où nous pourrions dormir… Il y avait bien le camping à 2km, mais il était fermé. Elle n’a pas pu imaginer une seconde qu’elle pourrait nous proposer son jardin, à 2 mètres de nous, comme nous le lui avons si subtilement glissé. A cet instant précis, nous avons compris que les refus que nous essuyions depuis notre arrivée en Grèce n’étaient pas de la méchanceté ou autre, mais qu’une barrière culturelle ou autre empêchait tout simplement les grecs de nous accepter dans leur jardin… Reste à savoir, encore une fois, l’origine de ce phénomène…
Cela étant, nous gagnons désormais du temps sans perdre de moral : nous ne demandons plus aux maisons directement, sachant que c’est absolument inutile. Nous avons trouvé des « filières » de contournement ! (hors du camping sauvage bien sûr, quand on est au milieu de rien)
La technique du compatriote a bien fonctionné une fois, mais on ne peut pas sereinement s’appuyer dessus tous les soirs, les compatriotes ne courant pas les rues à cette période ;-).
Conseillé et pratiqué une fois comme solution de contournement, les abords d’une Église sont pratiques, d’autant plus que la deuxième fois nous nous sommes fait proposer une petite pièce, ainsi que le traditionnel petit truc à manger.
Nous avons découvert depuis peu une dernière filière : les campings fermés (tous les campings étant fermés, ce n’est pas le choix qui manque) ! En effet, les propriétaires habitant souvent dans le camping lui-même, nous allons leur demander comme nous le faisions pour une maison classique en France. Ayant l’habitude d’avoir des tentes dans leur « jardin », le blocage est dépassé, et nous pouvons nous installer tranquilles et gratuitement ! Le premier nous a même rallumé l’eau chaude pour nous, sympa !
Il nous reste quelques jours en Grèce pour peaufiner nos observations, et ensuite ce sera au tour de la Turquie ! La barre est haute pour cette dernière, l’hospitalité y est tant louée de toute part. L’image qu’on a est donc peut-être un peu surfaite : attention à la déception !

Pour finir, voici une petite anecdote de ce qui nous est arrivé, et qui souligne de manière concrète le décalage de mentalité entre les pays que l’on a traversé :
Il était une fois, un petit village [gaulois] grec écarté de la mer, que nous avions quitté pour augmenter nos chances de réussite (c’était avant de comprendre qu’obtenir une place pour la tente n’était tout simplement pas possible). Après un certain nombre de refus, nous nous retrouvons à discuter avec une femme, grecque, son mari, l’air sympatique, nous regardant depuis leur maison. Nous mimons, et sans doute a-t-elle compris (sans le montrer) ce que nous voulions. Elle commence à nous chercher des solutions de contournement, hôtel, etc. Une voiture passe, qu’elle arrête. Les passagers sont des travailleurs, et l’un d’eux parle italien. Il traduit un peu ce que dit la femme, que ce n’est pas possible, etc. On le sent gêné. Il discute avec elle, et nous attendons car nous ne comprenons pas ce qu’il se passe. Des blancs troublants nous font tous nous regarder. Finalement, il nous dit qu’il nous invite dans son hôtel, gratuitement, et qu’il faut l’attendre 20 minutes avant qu’il revienne nous chercher. Malgré la surprise, nous acceptons bien sûr sans broncher ! En attendant, le femme nous invite chez elle au chaud pour boire et manger un truc : pour ça, pas de problème ! Nous avons droit à un café et une petite assiette de lasagnes. Hospitalité de bouche !
Le travailleur (Arturo, de son vrai nom) revient en voiture, et nous le suivons. Quatre kilomètres plus loin, tout près de la mer, nous arrivons. Une petite cour, sept petites maisons (ou pièces) d’environ 15m² tout autour. Il nous en ouvre une, et nous mettons affaires et vélos dedans. Nous nous disons que ce sont des pièces à louer pendant la haute saison, sortes de bungalow hors camping, dont il est le gérant. Lorsqu’il nous invite chez lui, une des maisons, nous comprenons qu’il n’est pas le gérant, mais un des locataires à l’année. La pièce est chauffée par un petit Godin, le mobilier succinct : lit, banquette, toute petite table ronde, fauteuil de bureau (de recup’), meuble à vêtements, petit meuble genre secrétaire et télé. Ah, et une mini chaîne hifi, du genre celle que l’on gagne chez nous avec un abonnement à un journal, qui trône au centre, sur le secrétaire. On pourrait dire « C’est sobre, épuré », mais on sent surtout une extrême pauvreté. Un couple et trois enfant dans un si petit espace ? Un placard pour cinq ? En discutant autour d’un verre, on comprend enfin, et cela nous fait un choc : Arturo, ainsi que sa famille, est albanais. Nous avons été invités pour dîner et dormir chez des immigrés albanais en Grèce, alors que nous subissions un refus supplémentaire de grecs bien installés… WTF ?

Après réflexion, nous avons bien compris ce qui se passait dans la tête de l’albanais quand la femme grecque lui expliquait qu’elle ne pouvait nous accueillir (hum). Alors que les grecs ont un blocage pour accueillir quelqu’un à dormir, les albanais ne peuvent quand à eux laisser quelqu’un sans logement.

Nous espérons de tout cœur que nous n’avons pas posé le moindre problème à cette famille albanaise qui a, sans en avoir le droit à priori, ouvert une des pièces alors non occupée pour que nous puissions y dormir une nuit.

Cette situation a été très marquante pour nous. Nous, français aisés partant en vacances prolongées, face à cette famille qui n’a rien, dans un pays qui n’est pas le sien et qui lui laisse juste un peu plus de chance que l’Albanie elle-même…
« Sortez un peu, cela existe partout, jusque devant chez vous en France » pensent peut-être certains d’entre vous nous lisant. Certes oui, et on imagine facilement des situations similaires en voyant des gens dans la rue ou lors d’une émission. Mais vivre ce double décalage, entre nous et eux d’une part, et eux et la femme grecque d’autre part, est assez incroyable, dans le sens strict du terme.
Enfin voilà, fin de l’anecdote, et fin de l’article !

N’hésitez pas à nous laisser des messages ci-dessous !

Guilhem

DSC_4384

Eoliennes

Depuis notre départ, nous en croisons quasiment quotidiennement !
Tout le monde les connait, presque tout le monde en a déjà vue une de (très) près, tout le monde a déjà discuté de l’esthétique de la chose, mais en fait, ce n’est vraiment pas le débat.

Moi, je ne trouve pas ça beau, mais surtout – sans être une experte en la matière comme d’autres personnes qui liront se post – je me demande d’où vient cette folie de la construction des champs d’éoliennes, ce que cela va devenir dans plusieurs dizaines d’années, pourquoi est-ce qu’on cherche des moyens de produire de l’énergie avant de trouver une façon de vivre en en consommant moins…

On nous parle de « champs d’éoliennes citoyen », c’est vraiment trop fort de se rendre compte des moyens mis en œuvre pour manipuler les (vrais) citoyens.

Alors, oui, nous petits vadrouilleurs pourris-gâtés, on se révolte devant une telle propagande !
(Je vais parler en mon nom, ce sera plus juste).
Alors, oui, moi, Eglantine, pseudo-aventurière révoltée, je mets des grands mots pour tenter d’exprimer mon incompréhension face à un système où les décisions sont prises par et pour une minorité et où elles sont le seul résultat de conflits d’intérêts à court terme, cachés derrière un discours complaisant et démagogique.
Il n’y a pas de prétention de solution derrière ce post, juste un coup de gueule contre les faux-débats : celui de l’esthétique ou pas d’un champs d’éoliennes dans les vallons charentais, alors que le débat est purement industriel et financier.
Celui du bienfait de la variété des sources d’énergie, alors qu’elles sont toutes plus polluantes les unes que les autres, et qu’aujourd’hui en France, et pour un moment, on est dans le nucléaire; alors que le débat devrait être la diminution de notre consommation d’énergie tout court.

J’écris ça sur un PC qui consomme un max, en écoutant de la musique, après m’être baignée dans une piscine « touillée » et pris une douche chaude « juste » pour me rincer. Peut-être qu’aujourd’hui, j’ai consommé plus d’énergie qu’une centaine de personnes ailleurs dans le monde.

C’est un peu pour cela aussi que nous faisons ce voyage, pour voir comment ça se passe ailleurs, sans éoliennes, sans nucléaire, sans énergie…