Category Archives: Russie

RUS_6908

Archi russe !

Voilà une autre spécialité russe qui a rythmé notre traversée : les isbas (isby pour les russophones avertis !). Si l’urbanisme des villes ne brille pas par la qualité architecturale, nous trouvons, dans les campagnes, de charmantes petites maisons en bois qui font la base des villages que nous traversons.

Voilà quelques échantillons :

Façades

Détails

Ces maisons sont donc principalement construites en bois. Le mystère concerne les toitures, que nous avons toutes vues en tôle : mais avant, c’était comment ?? En bois sûrement, et la ressource ne manque pas dans les parages !

En tout cas, le contraste est frappant entre le Kazakhstan, pays de steppe, où les maisons sont plutôt en terre, et la Russie, où la taïga est immense, et du coup, le matériau favori est bien le bois.
D’un côté, ces maisons ont l’air toute simples, un peu sommaires, tant dans le mode de construction que dans les volumes, mais d’un autre côté, les décorations et les peintures sont tellement chansticotées que c’est vraiment pittoresque !


Même les toilettes sont des petites maisons en bois !

Bazen, ils ont oublié le bois

Voilà une maison de maître, au centre de Krasnoiarsk, vestige d’une époque où les villes étaient également en bois.

Ca c’est de l’huisserie !

Voilà une rue classique des villages que nous avons traversés.

Même les puits sont travaillés, en harmonie avec la maison !

Pas très droit tout ça !

Ma maison de poupées préférée !

Comme vous pouvez le voir, je suis tombée en extase devant ces jolies petites maisons traditionnelles. Je n’ai pas vraiment réussi à transmettre mon enthousiasme au reste de l’équipe camionneuse !

Bonasse

La Sibérie citadine

Nous vous avons parlé d’Irkoutsk, mais nous avons tout de même trouvé quelques perles dans les autres villes que nous avons traversées !

Lénine, ce héros !

Vestige Art Nouveau à Krasnoiarsk

Héritage soviétique

Street art

Joyeux mélange à Irkoutsk
Les bimbos russes, le standard !
RUS_6885

Lac Baikal

Ah ! Le Baïkal, objet de tant de rêves depuis ma plus tendre enfance
Il ne s’est pas vraiment présenté sous son jour le plus idyllique, mais nous avons apprécié l’expérience !


Première vue sur le Baïkal !

Pas idyllique car le temps était plutôt nuageux, voire même pluvieux par moments, mais cela ne m’a pas empêchée de me baigner !
Lulu nous a emportés jusqu’au bord du lac et nous nous sommes installés au milieu des russes en week-end avec canes à pêche et tout le toutim.
En plus d’un petit bain, nous avons dégusté du poisson tout frais offert par les campeurs d’à côté, et ça, c’est le top !

Baignade !
Bucollique

Un squatteur, bien content de récupérer les restes !

L’autre faune des rives du lac

Ca, c’était notre première escale au bord du lac, mais ce n’est pas fini, le lac est immense et nous le longeons pendant plus d’une journée, ce qui nous donne l’occasion de passer une seconde nuit avec vue. Mais cette fois-ci, le paysage est complètement différent. Nous sommes dans un immense delta et en arrivant au bord du lac, nous avons l’impression d’arriver en Normandie (je ne dis pas la Bretagne, parce qu’en Bretagne, il fait toujours beau contrairement à ici !)

Il y a une plage, bordée de dunes bien vertes, des petits chalutiers, une petite bruine et un vent à décorner les bœufs ! Ici, pas question de se baigner, les rouleaux formés par le vent sont dignes de Biarritz et le vent est glacial. Nous avons vraiment la sensation d’être au bord de la mer !

Le matin, départ imminent pour la pêche, que d’hommes !

Nous avons donc eu plusieurs aperçus de cet immense lac (ile 25 millions de mètres cube d’eau, le lac représente 1/5 des ressources d’eau douce du monde !) alors que nous l’avons longé sur une toute petite portion.

RUS_6581

Irkoutsk, ville sibérienne

Après une petite semaine en Russie, nous n’avons pas encore eu l’occasion de faire beaucoup detourismedans le pays.
Nous avons pourtant traversé de grandes villes comme Novossibirsk ou Krasnoiarsk, mais c’est seulement en visitant Irkoutsk que nous apprécions vraiment notre visite.

En effet, cette capitale du Baïkal est une des seules villes de Sibérie dont la construction date d’avant la Révolution d’Octobre. Nous y trouvons donc un riche patrimoine architectural et une structure de ville impériale que nous n’avions pas tellement vu auparavant.
En premier lieu les monuments religieux. Nous sommes d’autant plus sensibles à ces églises que nous n’en avons pas vu depuis un bon moment ! Et oui, nous sommes à nouveau en pays chrétien alors que depuis la Turquie (plus de sept mois donc !) nous avons surtout observé des mosquées (hormis quelques exceptions).

La Russie est chrétienne, et plus précisément orthodoxe.

Les fresques sont très colorées

Nous assistons à une partie de l’office, exclusivement chanté, c’est très beau

La seule église catholique que nous voyons n’est pas ouverte au public. Elle a été transformée en salle de concert !

C’est assez agréable de se promener dans les rues d’Irkoutsk (c’est pour vous entraîner à prononcer le nom !), les bâtiments sont bien proportionnés, les avenues sont à taille humaine contrairement aux énormes boulevards soviétiques que nous avons pu voir ailleurs, et il y a presque assez d’arbres et de parcs pour ne pas se sentir envahis par la jungle urbaine.

On a même une impression de culturealternativeen développement lorsque nous passons à côté del’anti-caféavec ses graffs en façade et que nous croisons des gothiques dans la rue !
Et puis il y a tous ces espaces confortables, olarak “Travelerscaféoù nous faisons escale pour profiter du wi-fi et d’un bon petit cookie. C’est pratique à défaut d’être authentique !

Les russesmodernesau Travelers

RUS_6341

WTF billes oranges comestibles

Durant toute cette période decamionnage”, nous mangeons bien, même très très bien ! Et oui, en camion, on peut transporter un peu plus de matos qu’en vélo, du coup, Anne So et Max nous mijotent des petits plats avec toute sorte d’épices, de sauces et de vinaigrettes avec même des produits qu’ils transportent depuis la France ! On mange même dans de vrais assiettes en porcelaine et du thé infusé dans une vraie théière !
C’est que du bonheur pour nos papilles, nos estomacs et nos cœurs en somme !

Mais il faut parfois savoir rompre la monotonie des saveurs, et pour ça, nous, les cyclorêveurs, nous sommes champions ! Voilà que nous partons en quêtes de vivres dans un supermarché. Nous sommes tous les quatre et nous tombons en arrêt devant le rayon des poissons avec toute la variété de tarama, œufs de poisson et poissons fumés qu’on peut trouver en Russie. Et voilà, nous repartons avec un sachetc’est déjà douteux, de ce qui semble être des œufs de saumon.


Mais lorsque nous ouvrons le paquet, nous voyons ces petites billes oranges fluo s’étaler dans l’assiette. Je lis les ingrédients (les autres avaient bien vérifié qu’il n’y avait pas deE machin”), et je me rends compte qu’il s’agit d’œufs reconstituésIls sont même très fiers d’inscrire sur le paquetimitation d’œufs rouges” (en russe bien sûr) ! Bon, on goûte quand même, c’est un peu salé, un peu mou, un peu liquide mais absolument rien à voir avec des œufs de poisson !

La prochaine fois, nous tâcherons de regarder les ingrédients avant d’acheter un produit bizarre !

RUS_6532

Sibérie

Depuis le nord du Kazakhstan jusqu’au poste de frontière mongole, nous traversons un petit bout de Russie (seulement 3 000 km !). Au-delà de l’Oural, nous sommes en Sibérie, mais nous sommes loin de l’image d’une steppe désolée que nous pouvions avoir avant d’y arriver. En effet, dans cette toute petite portion de Sibérie, nous allons découvrir tout un tas de curiosités !
Nos copines sont toujours sur la route !

Conteneurs reconvertis en bains et chambres d’hôtel de routier !
Héritage soviétique
Idem

Ce que nous trouvons sur notre route côté paysage, ce sont de grands étangs dans lesquels on peut se baigner, des espaces de steppes et surtout, la taïga, parfois bien vallonnée (les fameuses montagnes russes hé!!).

Au bord de l’étang de Novossibirsk
Les nids des petits martinets qui nous volent au-dessus de la tête quand on se baigne !


Notre dernier bivouac avant la Mongolie
Un petit bain et puis s’en vont !

Bon, le paysage pourrait parfois paraître un peu monotone quand nous passons plusieurs jours de suite à traverser d’immenses forêts de sapins et de boulots. Mais nous ne nous ennuyons pas.

D & rsquo; abord, les russes sont étonnants. Ceux à qui nous essayons d’adresser quelques mots dans notre russe approximatif sont souvent peu réceptifs et un peu bruts. Pour la plupart, nous avons l’impression que nous sommes les premiers étrangers qu’ils rencontrent, et parfois seulement, nous avons droit à des sourires vraiment cordiaux. Bref, on dirait que nous avons à faire à des ours, il faut arriver le bon jour !

Les petits marchands de bord de route seront notre source principale de fruits et légumes
La spécialité de ce marché : les fraises, on va se prendre de quoi se faire une confiture tiens !

Sauf qu’à cette saison, les ours sont peu vêtus. Et oui, nous sommes loin de la pudeur des pays précédents, ici, quand il fait chaud, on enlève ses vêtements, tout simplement ! Ve daha sonra, ça ne doit pas arriver souvent alors il faut en profiter !

Nous n’avons pas vu beaucoup d’eau aux alentours, mais le maillot de bain est quand même de rigueur !
Y compris pour aller faire du bricolage chez le voisin !

Et puis nous longeons les rails du transsibérien, nous allons passer à côté du fameux lac Baïkal, nous allons traverser quelques villes notables et observer les isba en bois coloré, mais tout cela fera l’objet de prochains articles !


Les cimetières sont un bon terrain d’analyse des coutumes

On vient fêter les morts là où ils sont !

Pierre soviétique

RUS_6449

Dis camion !

Il est temps pour vous de faire plus ample connaissance avec Anne So, Max, et Lulu, nos trois sauveurs qui nous permettrons d’aller d’Astana à la Mongolie en quelques quinze jours seulement !

Max et AnneSo dans les champs
Lulu dans les fleurs !


Lulu, c’est le camion, un bon vieil utilitaire reconverti en voyageur au long cours. Il y a tout le confort : douche, tuvalet, cuisine, salle à manger convertible en lit. Il y a aussi l’électricité, une bibliothèque qui va bien nous inspirer et une chouette déco qui évolue au fur et à mesure du voyage selon l’inspiration d’Anne So.

Côté cuisine !
Côté salon, avec vue sur la salle de bain là bas dans le fond

Lulu tient bien la route, il va nous emmener dans de beaux endroits de bivouac pas forcément facile d’accès et surtout, il avale les kilomètres sur la transsibérienne parfois en piteux état.

Un de ces bivouac de steppe

La route dans la taïga, avec le Masallah turc qui nous rappelle quelques souvenirs

Pour ça, les conducteurs sont aussi des héros ! C’est fatigant d’enchaîner les heures de conduite tous les jours, je m’imagine mal à leur place, je me serais déjà endormie dix fois !

Certes, il y a parfois de la vie au bord des routes, mais c’est assez ponctuel
Pause

Mais nous leur sommes reconnaissants pour tout un tas d’autres raisons : leur générosité et leur calme (pas facile de rester tranquille quand au bout de cinq minutes dans le camion, j’ai déjà cassé un robinet et que la salle de bain est repeinte par les traces de pneu…).
Nous avons aussi beaucoup appris à leurs côtés. Les bouquins, les docu et surtout les discussions à refaire le monde de l’après pétrole (mais avant qu’on y soit contraint) sont autant de sources d’inspiration pour nos esprits en pleine réflexion !
On en rediscutera quelque part entre Bordeaux et Toulouse d’ici un an ou plus ! Bonne route en attendant (et joyeux anniversaire Anne So !) !


Merci à eux, ce ne sera jamais assez dit !